Le parti « Tawassoul » fustige la flambée des prix et l’insouciance du pouvoir à cet égard


saharamedia
Lundi 22 Novembre 2010



Le comité permanent du parti « Tawassoul », parti mauritanien d’obédience islamiste modérée, a fustigé ce qu’il a appelé « des augmentations vertigineuses des prix des denrées de première nécessité », considérant que ces « hausses et le rythme qu’elles suivent ont un impact négatif sur le pouvoir d’achat des citoyens, et fait perdre toute valeur aux  augmentations des salaires et des revenus dans le pays ».

Dans un communiqué publié par ce parti lundi, il est écrit que les autorités du pays « endossent l’entière responsabilité d’une telle situation et de ce qui pourrait en résulter à l’avenir ».

Il lance un appel, en conséquence, au gouvernement, pour mettre en place un système pour la surveillance du marché et particulièrement de contrôle des prix des produits de première nécessité, en veillant à l’instauration d’un climat de liberté, de justice et de transparence qui favorise une saine concurrence entre les opérateurs économiques et les commerçants.

Tawassoul demande également au pouvoir de mener, au plus vite, une étude du marché capable de réactualiser les prix et de voir, avec objectivité, les limites et proportions de toute augmentation, en envisageant, parallèlement à cela, les formes de subvention que l’Etat pourrait apporter à certains produits.

Le parti a également souligné la nécessité de donner un sang neuf à la Sonimex (Société nationale d’Importation et d’exportation) pour qu’elle arrive à jouer le rôle qui lui est imparti  de manière convenable. De même, il appelle à ce que les deux commissariats (Droits de l’Homme, Sécurité alimentaire) « agissant dans le domaine arrivent à agir plus efficacement dans le sens de l’aide à apporter aux citoyens les plus démunis, en dehors de toutes considérations autres que celles qui constituent leur raison d’être. »

Le parti Tawassoul souligne, enfin, que le suivi qu’il a pu faire de l’évolution des prix au niveau du marché national lui a permis d’obtenir les résultats suivants :

-           Le sac de 50 Kg de sucre est passé de 8000 UM (2009) à 10.000 UM (Juillet 2010) puis à 12100 UM (novembre 2010).

-           Le bidon de 20 litres d’huile a grimpé de 5600 UM (décembre 2009) à 6350 UM (juillet 2010) et se vend aujourd’hui à 7500 UM.

-           Un sac de 50 kg de blé dur est passé de 3400 UM (en décembre 2009) à 4400 UM (juillet 2010) pour atteindre le pic de 6000 UM (en novembre 2010).

-           Le sac de lait de 25 kg (Célia) a évolué de 21.000 UM (en décembre 2009), à 29.000 UM (juillet 2010) avant de retomber à 27.000 UM (novembre 2010).

-           Le sac de farine de blé est passé de 5800 UM (juillet 2010) à 8100 UM (en novembre 2010).

-           Quant aux hydrocarbures, qui ont augmenté huit fois en l’espace d’une année, ils affichent aujourd’hui 276,8 UM pour le litre de gas-oil, et 340 UM pour celui de l’essence.















GABONEWS APAnews