Le parti d’opposition « Al wiam » donne un ultimatum au gouvernement avant de prendre la décision de boycotter les élections pour le renouvellement du tiers du sénat


saharamedia
Mercredi 30 Mars 2011



Le parti d’opposition « Al wiam » rangé dans le camp de la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) a lancé un ultimatum au gouvernement avant de prendre la décision de boycotter le scrutin pour le renouvellement partiel du sénat.

Le parti que dirige l’ancien ministre Boidiel Ould Houmeid accuse l’Etat de « faire des pressions sur ses conseillers pour les amener à voter pour le candidat du parti au pouvoir » au niveau de la moughataa de Keur Macène.

Ould Houmeid a ainsi demandé au président de la République et le Premier ministre pour qu’ils « interviennent pour mettre fin à la farce qui est en train d’être jouée à Keur Macène », précisant que le ministre de l’Intérieur supervise lui-même des réunions qui visent à utiliser tous les moyens de pression sur les conseillers de son parti pour qu’ils votent contre lui », selon lui. Il a indiqué que le parti au pouvoir à Keur Macène n’a pas plus de 13 conseillers alors que le parti « Al Wiam » peut compter sur les voix de 25 qui soutiennent tous le candidat indépendant ».

 

Boidieil a mis en garde contre l’injustice dont il dit qu’elle a été « à l’origine de ce qui s’est passé en Tunisie et en Egypte », donnant l’exemple de conseillers auxquels on a promis de reprendre leur travail à la SNDE avec des fonctions plus importantes et de punir ceux qui iront à l’encontre de la volonté du parti au pouvoir. Il a aussi cité comme exemple le cas de cet enseignant conseiller municipal, qui « a été muté de Keur Macène à Riad », parce qu’il a accepté les propositions faite par le pouvoir, selon le président d’Al Wiam.

.















GABONEWS APAnews