Le président Mohamed Ould Abdel Aziz affirme publiquement sa disposition au dialogue


saharamedia
Jeudi 5 Août 2010



Le président Mohamed Ould Abdel Aziz affirme publiquement sa disposition au dialogue

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a pour la première fois affirmé publiquement sa disposition au dialogue lors d'un direct face au peuple et à la presse organisé au Centre International des Conférences de Nouakchott (CICN-Palais des Congrès) dans la nuit du mercredi au jeudi, pour marquer le premier anniversaire de son investiture le 5 août 2009.

"Je suis disposé pour un dialogue dont l'objectif serait une gestion satisfaisante des affaires du pays" dans l'intérêt de tous, a affirmé le président mauritanien en réponse à une question posée par un journaliste. Ce dialogue doit être organisé "sur la base de la constitution; Mais il n'est pas  question de retour à la situation qui prévalait

avant l'élection présidentielle du 18 juillet 2009. toutes les sujerts peuvent cependant être examinées sur la base du verdict des urnes".

 

Parlant de l'accord de Dakar sur la base duquel le scrutin de juillet 2009 a été organisé, le président mauritanien a dit  "qu'il n'est ni du coran, ni un texte constitutionnel. Il s'agit d'un accord ponctuel entre différentes parties pour dépasser une situation déterminée et préparer une élection permettant au peuple mauritanien de se prononcer. Ce qui a été fait le 18 juillet 2009.

Donc, un retour à la case départ est hors de question".

Au cours des dernières semaines, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, a recu plusieurs dirigeants de l'opposition mauritanienne leur signifiant sa disponibilité au dialogue;

Le dernier en date dans cette série est Ahmed Ould Daddah, président du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) et chef de file institutionnel de l'opposition démocratique.

Toute en contestant les résultats de l'élection présidentielle du 18 juillet 2009 pour "fraude et manipulation" l'opposition mauritanienne a toujours proclamé son attachement à dialogue politique national inclusif en vue de réformes démocratiques sur la base d'un accord signé à Dakar le 2 juin 2009. Elle voudrait de la sorte une rupture avec la culture des coups d'état.

 

Amadou Seck, pour Sahara Médias

 















GABONEWS APAnews