Le président de la République doit réaliser qu’il n’est pas le président d’une tendance donnée


saharamedia
Dimanche 9 Mai 2010



Le président de la République doit réaliser qu’il n’est pas le président d’une tendance donnée

Le président de la communauté urbaine de Nouakchott, monsieur Ahmed Ould Hamza a déclaré que « le pouvoir politique en place freine l’action de la communauté urbaine… » avant d’ajouter que « la décentralisation a accusé une grande régression du fait de la violation de la loi par le pouvoir et ses institutions centrales… » C’est ainsi que, dans le cadre d’une conférence de presse qu’il a donné, ce jour, dans les locaux de la communauté urbaine, Monsieur Ahmed Ould Hamza a mis l’accent sur le fait qu’il n’a bénéficié d’aucune subvention de l’Etat depuis son investiture, il y a trois ans. Il devait ajouter que « le pouvoir n’arrive pas à faire la différence entre l’appartenance du président de la communauté urbaine à un parti de l’opposition et la neutralité politique qu’impose la présidence du conseil de la communauté… ». Il devait préciser que sa position politique n’a pas changé étant entendu que, dans le cadre de sa mission, il ne fait pas de politique et se considère plutôt président pour l’opposition et le pouvoir confondus. Dans ce sillage, Ould Hamza devait dire que « le Président de la république devrait se considérer le président de tous et non d’une tendance donnée… ». Ahmed Ould Hamza devait inviter le pouvoir à prononcer la dissolution de la communauté urbaine si c’était là vraiment son vœu estimant, qu’en ce qui le concernait, il ne taira, ni les violations de la loi faites par le pouvoir ni le mépris dont la communauté urbaine fait les frais de la part de ce pouvoir.















GABONEWS APAnews