Les ONG Nationales de Développement : Vivement la paix et la stabilité !


saharamedia
Mardi 14 Février 2012



Le président tunisien Moncef Marzouki en visite en Mauritanie a parlé des "préoccupations communes aux plans régional et international dont la question de la relance de l'Union du Maghreb arabe (UMA), le principal handicap à la concrétisation de l'Union au problème du Sahara occidental.

 Mais ce qui a attiré le plus notre réflexion, en tant que société civile, c’était la conférence de presse tenue samedi, au Centre International des Congrès à Nouakchott, où le président tunisien Moncef Marzouki, a encore une fois évoqué le problème du Sahara occidental entre le Maroc et l'Algérie. Car la concorde et la paix entre les pays concernés par le conflit qui a perduré, est la condition de l’intégration régionale et le progrès de leurs peuples respectifs dans un monde qui vise désormais l’intégration.


Naturellement, ce problème entrave la création d'une Union maghrébine forte qui garantisse les intérêts de toutes les parties, préserve les spécificités de chaque pays et consacre les cinq libertés du citoyen maghrébin à savoir « le déplacement », « la stabilité et la propriété », « le travail », « l'investissement » et « l'élection municipale ».

 

.Or, notre pays vit dans un contexte national, international, régional et sous régional houleux, qui interpelle chacun de nous pour éviter le pire et prendre conscience de ses responsabilités en tant que citoyen averti et mur.

 On en évoque au plan national la crise universitaire qui risque de porter atteinte à l’avenir de dizaines de milliers d’étudiants qui sont les piliers de l’avenir de ce pays, le sabotage inconscient et démesuré des biens publics par le feu et le fer, le durcissement des formes de relations entre opposition et majorité dont la portée nous échappe réellement, puisque nous ne sommes pas partie prenante, la mystification du climat psychologique et social par actes de suicide gratuits et absurdes.

L’utilisation des doléances estudiantines dont les demandes devraient échapper à la politisation est inadaptée.

 Au plant régional, le conflit armé en République du Mali constitue aussi une sérieuse menace pour la stabilité de la zone. A ce jour, environ 10 000 Maliens Touaregs, dont des militaires et paramilitaires fuyant les zones de combats ou craignant pour leur sécurité, ont trouvé refuge dans des villes et villages de Mauritanie, sans biens et quasi nus.

 Le contexte de la guerre contre l’AQMI, rend encore la situation plus inextricable.

Cependant nous n’aimerions jamais nous immiscer dans les problèmes des pays voisins pas plus que nous voudrions être la base arrière à une quelconque rébellion ou recevoir les contre- coups d’élection imminentes dans un pays frère voisin.

Comment répondrons-nous à toutes ces conjonctures, à ces événements dont les répercussions sont sensibles autrement que par le mûrissement de l’action et la volonté de faire passer l’intérêt national avant tout ?

 Pour ces raisons, nous avons apprécié la demande du président tunisien; et nous pouvons actuellement en faire une devise : la stabilité et le travail. Mais la paix et la sérénité sociale sont les conditions de leur réalisation. Un appel à toutes les composantes politiques et à tout citoyen responsable et conscient de ses droits et devoirs.

 

Source Journal Chemsiyatt                                                   BOUMOUZOUNA

Réseau Conseil des ONGs Nationales d’Appui

au Développement Economique et Social (CONADES)















GABONEWS APAnews