Les leaders de la COD renouvellent, depuis Tidjikdja, leur appel au départ du président Aziz


saharamedia
Samedi 26 Mai 2012



Le chef de file de l’opposition démocratique en Mauritanie, Ahmed Ould Daddah, a déclaré que « la faillite du régime actuel n’a pas besoin d’arguments puisqu’il a échoué dans le domaine de l’économie et dans la gestion des affaires du pays qu’il a entraîné dans un tunnel sombre, avec une rue en colère, une diplomatie en mal avec les autres, précisant que la Coordination de l’opposition démocratique est décidée à aller de l’avant pour imposer ce qu’il a qualifié de « choix du peuple qui vient de découvrir les mauvaises politiques d’Aziz, qu’il compte désormais parmi les disparus ».

De son côté, le président du Rassemblement pour la démocratie et l’unité (Rdu), Ahmed Ould Sidi Baba, a déclaré que « le plus grand danger qui menace aujourd’hui l’existence de la Mauritanie est la présence de l’armée et de ses systèmes qui ne peuvent pas être développés ». Le président du RDU a poursuivi en disant que les militaires « ne peuvent pas offrir la démocratie » et que tout ce qu’ils ont réussi à faire c’est de « prendre le pays en otage puis plus de trente ans » et que le peuple « continue à payer cher le prix de ces politiques du fusil et du militaire dictateur », selon son expression.

Le président du parti Hatem, Saleh Ould Hannena, a appelé les mauritaniens à boycotter les médias officiels (radio et TVM) qu’il accuse de « travestir la réalité » en polissant l’image du pouvoir et en tirant sur l’opposition, précisant que l’opposition a réagi au moment opportun pour accompagner le réel désir du peuple de changer, et félicitant les habitants de Tidjikja « pour avoir refusé d’être corrompus par les aliments ».

De son côté, le vice-président du parti Tawassoul, Ould El hadj Cheikh a loué « le courage et la dignité des habitants de Tidjikdja qui refusé de se laisser corrompre par du blé, dans une démarche qui montre que le pouvoir a perdu son sang froid et se moque du peuple ».

D’autres responsables de la COD se sont relayés sur la tribune pour réaffirmer tous la volonté de l’opposition à aller dans la mise en branle de son projet de « destitution » du président Aziz.

 















GABONEWS APAnews