Les organisations de défense des droits de l’homme se concertent depuis ce matin à Nouakchott sur la problématique des filles domestiques


saharamedia
Mardi 31 Août 2010



L’association des femmes chefs de familles AFCF  et d’autres organisations humanitaires mauritaniennes et internationales se sont réunies ce matin dans un hôtel  de la place pour attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur les injustices que subissent les filles domestiques en Mauritanie. Selon une étude  récemment réalisée et qui sert de document de référence pour les participants, sur 250 filles domestiques interviewées, 95% affirment avoir été violées, 55% l’auraient été sur le lieu de travail et 45% hors du lieu de travail.

L’étude révèle que  ces forfaits auraient été commis par les employeurs ou par les membres de leurs familles. Livrées leur triste sort, les victimes subissent également des agressions de gardiens ou des chauffeurs de taxi. D’autres formes de violences sont identifiées : harcèlement  moral ou accusation de vol. le plus souvent, les filles supportent ces pénibles conditions pour conserver leur emploi.

 

Pour remédier à cette situation, la présidente de l’AFCF minetou mint moctar Ely a suggéré ce matin au cours de la cérémonie, la réhabilitation et la valorisation des mécanismes traditionnels de protection des enfants, une reforme de l’arsenal  juridique du pays relatifs aux enfants et la mise en place des mesures d’insertion et d’accompagnement des filles exposées à ce phénomène

L’AFCF bénéficie dans le combat quelle mène  contre la maltraitance des filles domestiques, du soutien des ONG  suisses et espagnoles.

 















GABONEWS APAnews