Les partis d’opposition ayant participé au dialogue avec le pouvoir appellent Aziz à changer radicalement de mode de gouvernance


saharamedia
Dimanche 13 Mai 2012



Les partis d’opposition ayant participé au dialogue avec le pouvoir appellent Aziz à changer radicalement de mode de gouvernance

Le président du parti Al Wiam, Boidiel Ould Houmeid, a déclaré que ceux qui œuvrent pour qu’arrivent en Mauritanie un changement à l’image de ce qui est arrivé en Tunisie, en Egypte et en Libye « ne courent que derrière leurs intérêts personnels », dans une allusion on ne peut plus claire aux marches, meetings et sit-in de la Coordination de l’opposition démocratique (COD).

 

Ould Houmeid, qui s’exprimait cet après midi au cours d’une conférence de presse organisée par les partis d’opposition ayant participé au dialogue avec le pouvoir (APP, Wiam, Sawab), a indiqué que l’affaire de Biram Ould Abeid, président de l’Initiative pour la Résurgence d’un mouvement Abolitionniste (IRA), arrêté pour avoir incinéré des livres du rite malékite, « ne concerne pas que les seuls Haratines », appelant à ce que l’on laisse « la justice suivre son cours en toute indépendance ».

 

Il a ajouté que l’esclavage a été pratiqué par toutes les communautés, à tel point que des esclaves en possédaient d’autres, précisant que les Haratines « sont partie intégrante de la communauté maure et qu’on ne peut pas les séparer », selon son expression.

Les partis participant au dialogue avec le pouvoir ont dénoncé « la hausse vertigineuse des prix des denrées de première nécessité ainsi que l’arrêt complet de l’économie » accusant les responsables du plan d’urgence « Emel 2012 » de clientélisme et de favoritisme. Ils ont également souligné que le pouvoir « est plus préoccupé par la construction des routes que par les problèmes de survie des populations ».

Ces partis ont également annoncé leur refus de la gestion unilatérale des affaires du pays et la personnalisation de l’Etat, appelant le président Ould Aziz « à changer radicalement de mode de gouvernance ».

Soulignons que ces formations politiques qui faisaient de la COD, s’étaient retirées, il y a quelques mois, pour entrer dans un dialogue avec le pouvoir et entrer dans un processus qui vient de les amener à créer une nouvelle coalition dénommée Pacte pour l’Alternance Pacifique au Pouvoir.















GABONEWS APAnews