Les professeurs de l’institut Ibn Amer de Kiffa disent ne pas être concernés par le concours organisé par le ministère des Affaires islamiques et de l’enseignement originel


saharamedia
Jeudi 30 Septembre 2010



Les professeurs de l’institut Aboubaker Ibn Amer de Kiffa ont déclaré ne pas être concernés par le concours que le ministère des Affaires islamiques et de l’enseignement originel, le 5 octobre prochain, et auquel le département a convié les enseignants dont les contrats arrivent à terme à y prendre part.

Les professeurs ont indiqué, dans un communiqué dont Sahara média a reçu une copie, qu’ils refusent de participer à ce concours parce qu’ils travaillent non pas en fonction de contrat mais « plutôt d’une note de service signée par la plus haute autorité du ministère » et  ce depuis plus de trois ans, selon leurs propos. Ils ont ajouté qu’ils se considèrent comme des professeurs à l’Institut Aboubacar Ibn Amer et qu’ils continueront à exécuter leur mission en tant que tels, « jusqu’à ce que le ministère leur signifie, clairement, leur licenciement » et en ce moment, « précisent-ils, « on saura quoi faire et quoi dire ».

Les professeurs ont lancé un appel pressant aux plus hautes autorités du pays pour qu’elles interviennent en vue d’empêcher le ministère des affaires islamiques de leurs « soustraire leurs droits », comme ils disent dans leur communiqué.

 















GABONEWS APAnews