Les projections des élections marocaines


Nouakchott - Saharamédias
Samedi 8 Octobre 2016



Les projections des élections marocaines
Le secrétaire général du parti justice et développement, premier ministre marocain, Abdel Ilah Benkirane, a déclaré, à la fermeture des bureaux de vote, que son parti était arrivé largement en tête des élections municipales, insinuant que son principal rival, authenticité et développement, n’arrivait pas en seconde position.

Ces élections ont eu un large intérêt politique et les observateurs les ont considérés comme une nouvelle expérience démocratique dans le pays.

Dans une déclaration faite au siège de son parti, Benkirane a réaffirmé que les résultats obtenus étaient à la hauteur des prévisions, en compilant les informations parvenues depuis différentes régions du royaume.

Le premier adversaire du secrétaire général du parti justice et développement, Elias El Amari, a été plus nuancé, refusant de présager le positionnement de son parti, se limitant à rappeler quelques résultats obtenus par sa formation politique dans différentes régions.

Il a annoncé qu’il donnera davantage de précisions quand il se sera réunit avec les dirigeants de son parti.

Il a cependant annoncé la victoire de son parti à Fez et dans les territoires du sud marocain, à l’exception de Dakhla.

Il serait en bonne position à Casablanca.

Il s’est réjouit des résultats obtenus dans les régions du sud.

Il a refusé de commenter les déclarations de son adversaire politique, ajoutant seulement que si le premier ministre a donné des précisions c’est probablement dit-il puisqu’ils travaillent dans les structures de l’administration et qu’ils supervisent les élections.

Le parti de l’Istiqlal, qui s’était retiré de la coalition présidée par le parti justice et développement, arriverait en deuxième position selon le porte parole de cette formation, Adel Ben Hamza, qui s’était exprimé quelques heures après la fermeture des bureaux de vote.

Celui-ci revendique 28 sièges, dont 11 dans des circonscriptions qu’ils gagnent pour la première fois, et serait en passe d’en gagner deux autres, toujours selon le porte parole de cette formation politique.

Le peuple marocain attend impatiemment les résultats de ces élections qui vont désigner ceux qui auront la charge des affaires pendant 5 ans.

Le gouvernement qui sera issu de ces élections devra faire face à un certain nombre de problèmes, notamment celui de la situation économique difficile du pays.

Une satisfaction cependant pour la rue marocaine, celui de la réussite de ces élections « uniques dans le monde arabe en proie à des guerres. »
  
 
 














GABONEWS APAnews