Les syndicats de la santé : les médecins engagés ne quitteront la capitale que dans de bonnes conditions


saharamedia
Lundi 30 Août 2010



Les syndicats du secteur de la santé ont déclaré que les médecins nouvellement recrutés par l’Etat sont déterminés à ne sortir de Nouakchott que dans de très bonnes conditions. Ils ont indiqué, à ce sujet, qu’il faudra que des arriérés de salaires de 7 mois leur soient payés et que toute leur situation financière soit mise en règle. Dans ce cadre, le coordinateur général des syndicats de la santé et doyen des chirurgiens dentistes Mauritaniens, Dr Mohamed El Moustapha Ould Brahim, a affirmé que tous les travailleurs du secteur de la santé (médecins, dentistes, pharmaciens, infirmiers, sages-femmes) sont conscients de leurs devoirs et responsabilité » mais qu’ils ne se plieront pas, pour autant « au chantage et surenchères parce qu’ils sont maintenant immunisés contre ce genre de pratiques et unis pour obtenir leurs droits ou les arracher », selon ses propos. Il a aussi souligné que les revendications des médecins sont légitimes et répondent aux appels du président de la République, réitérés à maintes occasions, pour que la situation des travailleurs soit organisée. Il a ajouté que, en tant que représentants de ces travailleurs, ils n’ont pas manqué de souligner, à tous les niveaux, et dans toutes les occasions, les vexations et la marginalisation dont ils sont victimes continuellement, malgré les promesses du ministre de la Santé, Docteur Cheikh Ould Horma Ould Bebana d’y mettre fin.

Il a indiqué que tout ce qui a été convenu avec le ministère n’a pas connu d’application pour qu’une réelle confiance s’instaure entre les différents partenaires et mette fin à des situations de conflits ouverts qui ne servent ni l’intérêt général ni les malades et encore moins la volonté du président Mohamed Ould Abdel Aziz de rapprocher les services de santé des populations. Dans le même ordre d’idée, il a déclaré qu’il est temps que le président de la République intervienne personnellement pour pousser le gouvernement à respecter ses engagements en ce qui concerne l’octroi de certaines primes convenues (risque, incitation) au personnel de la santé.

A son tour, le Dr Abdallahi Ould Boubacar, président de la section des médecins généralistes, a déclaré que ceux-ci, ainsi que les chirurgiens dentistes, les pharmaciens et les infirmiers refusent catégoriquement, de rejoindre leurs lieux d’affectation à l’intérieur, tant que leurs arriérés de salaires n’ont pas été payés, précisant que, moralement et matériellement, aucun travailleur ne peut aller remplir sa mission sans être assuré qu’il peut subvenir aux besoins des siens.

Prenant la parole, le Dr Mohamedou Ould Mohamed Salem, chargé du suivi de la question des salaires, a indiqué que les informations disponibles laissent penser que le ministère a préparé les dossiers pour les transmettre au département des Finances, mais que le temps pris pour cela est trop long.

De son coté, le doyen des infirmiers et sages-femmes, Abdarrahmane Ould Hamoud, a lancé un appel, depuis Aioun, au ministre de la Santé pour intervenir personnellement en vue de régler les problèmes dont celui du non payement des indemnités d’éloignement pour l’année 2009-2010 pour 40 travailleurs, rappelant à celui-ci l’engagement qu’il avait donné dans ce sens.

Enfin, les syndicalistes ont rappelé avoir délégué trois médecins pour les représenter dans la commission chargée de la transparence des affectations (Dr Mohamed El Moustapha Ould Brahim), dans celle de la transparence du Pèlerinage (Dr Mohamed Lemine Ould Kbad) et dans la commission de promotion des travailleurs (El Hady Ould El id et et Abdarrahmane Ould Hamoud).

 















GABONEWS APAnews