Les travailleurs de Tasiast accusent l’inspecteur du travail de partialité


Nouakchott - Saharamédias
Dimanche 5 Juin 2016



Les travailleurs de Tasiast accusent l’inspecteur du travail de partialité

Les travailleurs en grève de la société Tasiast ont accusé l’inspecteur régional du travail de se ranger du côté de leur employeur dans la crise qui les oppose de part ses positions hostiles envers les travailleurs et ses agissements partisans de manière flagrante en faveur de la société.

Dans un communiqué publié hier samedi, les travailleurs accusent la société, avec la complicité de l’inspecteur régional d’avoir repris le travail dans l’usine de traitement (CIL)  dans la mine à l’arrêt depuis le début de la grève le 24 mai.

Le communiqué ajoute que pour faire fonctionner l’usine, la société a recouru aux stagiaires, des travailleurs des sociétés de tâcheronnat ou encore des étrangers, ce qui est contraire à ses engagements contenus dans sa lettre du 2 juin qui liait la reprise du travail à un accord avec les travailleurs sur les dispositions prévues par la nouvelle convention collective.

Les travailleurs accusent les autorités, représentées par l’inspecteur du travail sur place d’apporter un appui conséquent à la direction de la société en refusant de recevoir les délégués des travailleurs et son refus de décharger une plainte dénonçant une entorse aux dispositions du code du travail relatives aux grèves.

Ils ont demandé aux autorités de prendre des mesures immédiates à même de garantir les lois en vigueur dans le pays et particulièrement la loi 017-2004 relative au code du travail et notamment l’interdiction de remplacer des travailleurs grévistes de manière légale de même que le droit des travailleurs à la négociation garantie par la convention N° 98 de l’organisation internationale du travail signée par la Mauritanie.

Les travailleurs ont enfin invité la direction de la société à respecter les droits des travailleurs en grève et à entamer des négociations sérieuses et constructives avec eux, seul gage pour une solution au conflit social.

 

 

 

 















GABONEWS APAnews