Les travailleurs de la Procapec font une contreproposition à leur direction pour éviter le départ volontaire de 400 employés


saharamedia
Jeudi 23 Septembre 2010



Les travailleurs de la Procapec font une contreproposition à leur direction pour éviter le départ volontaire de 400 employés

Les travailleurs de l’Agence nationale pour la Promotion des Caisses d’Epargne et de Crédit (Procapec) ont fait savoir que la proposition de départ volontaire pour 400 employés formulée par la direction équivaut à les inscrire tout bonnement sur la longue liste des chômeurs et placera leurs familles dans des conditions de précarité certaines.

Ainsi, ils ont demandé à la direction de considérer la proposition qu’ils présentent, comme alternative à la décision de mettre 400 employés dans la rue, et qui est formulée dans les points suivants :

- Que l’Etat mette à la disposition de la Procapec un domaine foncier (dont l’étude de faisabilité serait très avancée) dont une partie sera distribuée aux adhérents figurant sur la liste de l’épargne-logement, une autre vendue pour supporter les charges du programme ;

 

- La divulgation de la liste des employés ciblés par la décision de départ volontaire et leur convocation en même temps par la direction pour qu’on leur signifie l’ajournement de la volonté de les renvoyer pour six mois, période qui sera mise à profit pour leur confier des tâches précises qu’ils devraient accomplir dans de bonnes conditions. Tout travailleur, quelque soit son rang, doit être en mesure d’assurer l’adhésion de trois personnes au réseau des caisses d’épargne et de crédit pour justifier son salaire ;

Les travailleurs notent que priver des centaines de familles de leurs sources de subsistance, par une mise au chômage collectif de leurs soutiens, peut avoir des conséquences néfastes. Ils croient que les problèmes de la Procapec ne peuvent être réglés par la décision de se libérer du service de centaines d’employés dont la plupart de ceux qui ont accepté le principe, en ajoutant leur nom sur la liste, ont exprimé leur regret.

Les employés ont indiqué dans leur communiqué que, dans l’hypothèse où la direction ne prendrait pas en compte leur contropposition, ils exigeraient alors que l’offre de 3 mois de salaires soit portée à 12 mois, en plus de la prise en charge complète des crédits contractés par les employés auprès de Procapec.















GABONEWS APAnews