Macky Sall conduit la mission de médiation de la CEDEAO au Burkina Faso


Saharamedias/Agences
Mercredi 12 Novembre 2014


A la tête d’une mission de médiation de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest, le président sénégalais Macky Sall a affirmé que l’organisation sous régionale ne veut pas présenter des propositions aux burkinabés mais seulement d’entendre et d’aider les différentes parties à s’entendre sur une transition permettant au pays de recouvrer une situation normale.


Macky Sall conduit la mission de médiation de la CEDEAO au Burkina Faso
C’est dans ce cadre que les autorités militaires burkinabè ont présenté hier au président sénégalais Macky Sall, venu avec le chef d'Etat togolais Faure Gnassingbé au nom de la Cédéao, leurs amendements au projet de charte de transition mis au point par les partis politiques de l'ancienne opposition et la société civile.
Le lieutenant-colonel Zida propose d'alléger sensiblement la charte et de réduire le nombre d'organes de la transition en supprimant notamment l'assemblée de transition, le conseil de défense et de sécurité et la commission nationale de réconciliation.
La  charte de transition, mise en place dix jours après la chute de Blaise Compaoré, prévoit, entre autres, un président civil, un gouvernement de 25 ministres et une Assemblée de transition de 90 députés.
L’armée a proposé des amendements qui ont ensuite été présentés lors d’entretiens séparés aux trois autres composantes, à commencer par l’ancienne opposition et la société civile.
Ces amendements ont suscité des réactions mitigées de la part de l’ancienne opposition et de la société civile.
L’opposition est prête à les examiner et a prévu d’y consacrer la matinée, ce mercredi. Elle concède que le temps joue contre le pays.
Le 15 novembre, si la direction de la transition n’est pas remise à une personnalité civile, le Burkina Faso pourrait tomber sous le coup de sanctions. « Ce sont des observations qui, selon notre point de vue, ne devraient pas poser de trop gros problèmes, pour s'accorder », a déclaré le chef de l'opposition Zéphirin Diabré.
 
 














GABONEWS APAnews