Mauritanie : Les divergences de dernières minutes reculent l’heure d’ouverture du dialogue national


saharamedia
Samedi 17 Septembre 2011



Des divergences de dernières minutes entre les partis d’opposition prenant part aux assises du dialogue national et le gouvernement ont retardé de quelques heures l’ouverture de cette concertation qui était prévue ce samedi matin au Palais des Congrès de Nouakchott.

Et selon les sources de Sahara médias, la controverse est née, hier soir, quand les partis APP (Alliance populaire progressiste) et Al Wiam ont été exacerbés par la propagande faite par certains milieux du pouvoir sur un dialogue dont les différents protagonistes sont « la majorité soutenant le président Mohamed Ould Abdel Aziz et l’opposition », alors qu’eux pensent, plutôt, que le dialogue est entre ces partis d’opposition et le pouvoir représenté par l’Exécutif.

 

Une rencontre entre les représentants de ces partis et le Premier ministre a alors eu lieu, tard dans la soirée du samedi, pour tenter de dépasser ces nouveaux clivages. L’opposition participationniste aurait même menacé de se retirer de ce dialogue, pas encore commencé, ce qui allait être un véritable impair pour le pouvoir. C’est d’ailleurs pour ne pas courir ce risque que le pouvoir a, finalement, répondu favorablement aux exigences des partis d’opposition participant au dialogue. D’où, le changement des slogans inscrits sur les banderoles dressées devant l’entrée du Palais des Congrès de Nouakchott.

 

Notons que quatre partis politiques d’opposition (APP, Al Wiam, Hamam et Sawab) prennent part à ce dialogue national à côté de quelque 60 partis de la Majorité présidentielle. Dix formations d’opposition, conduite par le RFD, l’UFP, Tawassoul, Hatem, Unad et la CND ont préféré s’absenter, jugeant que le dialogue manque de sérieux et de consensus minimum pour sa réussite.

 

 















GABONEWS APAnews