Mauritanie : Les familles des prédicateurs tués au Mali déclarent que l’attitude du président mauritanien est « en dessous de l’ampleur du crime »


Sahara Médias - Nouakchott
Vendredi 14 Septembre 2012



Mauritanie : Les familles des prédicateurs tués au Mali déclarent que l’attitude du président mauritanien est « en dessous de l’ampleur du crime »
Les familles et proches des prédicateurs mauritaniens victimes du massacre de Diabali, en terre malienne, ont appelé le gouvernement mauritanien « à assumer ses responsabilités » pour sécuriser les frontières du pays et éviter des tueries comme celles dont ont été victimes des mauritaniens au Mali.
Parlant au nom des parents et proches des prédicateurs mauritaniens tués au Mali, Sidina Ali Ould Bate a indiqué, lors d’une conférence de presse organisée hier jeudi à Nouakchott, que la manière dont le gouvernement a traité cette affaire « est en deçà des espérances », soulignant que le président Ould Abdel Aziz « s’est suffi de la rencontre avec une délégation du groupe « Dawa wa Tabligh mais n’a pas reçu les familles des victimes ».
Ould Bate, qui est le frère d’une des victimes de la tuerie de Diabali, a souligné, en lisant un communiqué des familles et proches des prédicateurs tués au Mali, que les frontières avec ce pays ont connu, dans le passé, des drames similaires ayant coûté la vie à près de 100 mauritaniens sans qu’aucune réaction n’ait été enregistrée. Il a appelé le gouvernement mauritanien à exiger un procès pour rendre justice aux prédicateurs mauritaniens tués à seulement 120 kilomètres de Fassala, ville frontière avec le Mali. 
 














GABONEWS APAnews