Mauritanie : Un député de la Majorité déclare que le discours de l’opposition « n’apporte rien de neuf »


saharamedia
Jeudi 19 Juillet 2012



Mauritanie : Un député de la Majorité déclare que le discours de l’opposition « n’apporte rien de neuf »

Le parlementaire mauritanien Jemal Ould Mohamed El Yedaly, député de la moughataa de Wad Naga, a déclaré que e discours de la Coordination de l’opposition démocratique (COD), hier mercredi, « n’apporte rien de neuf », soulignant que cette opposition s’est suffit à « répéter les mêmes litanies », selon son expression.

Et Ould Mohamed El Yedaly de préciser, dans une déclaration à Sahara média, que les « appels répétés de la COD pour le départ du régime » sont des cris « en dehors du cadre légal » et n’auront « aucun effet sur un pouvoir démocratiquement élu et qui ne doit partir que de cette manière ».

 

Il s’est interrogé sur l’insistance de partis qui disent travailler dans le cadre légal « à user de styles qui n’ont rien de démocratiques », selon son expression. Ould Mohamed El Yedali ajoute que la Majorité a toujours dit que le départ ou non du pouvoir « doit se décider par les urnes ».

 

Le député membre de la Majorité a indiqué que la menace brandie par certains leaders de la COD de recourir à la violence « est une étape de plus dans la surenchère », précisant qu’elle n’est autre chose que de « la provocation sans importance ».

Concernant les 50 millions de dollars US que la COD accuse le président Aziz d’avoir dilapidé, Ould Mohamed El Yedali déclare que tous les mauritaniens « savent dans quel domaine ce montant a été dépensé, annoncé par le président dans plus d’une occasion, et il suffit de regarder la situation de l’armée aujourd’hui et les équipements dont elle dispose pour s’en convaincre », selon son propos.

Le député de Wad Naga a invité la COD a dépassé la question des 50 millions et à reconnaitre que l’état-civil « est maintenant maîtrisé et ne peut plus faire l’objet de la pagaille d’antan », précisant que « les taxes qui sont payés rentent dans une procédure technique ordinaire qu’il ne faut pas politiser ».

Il a aussi demandé aux dirigeants de la COD de « penser à un discours politique nouveau plus efficient et plus rentable pour le peuple mauritanien que les cris sur la place sise à la mosquée Ibn Abass et la perturbation de la paix, la stabilité et les efforts de développement », selon son expression.















GABONEWS APAnews