Mauritanie : des marches à l’intérieur du pays pour rejeter les amendements constitutionnels


Nouakchott - Saharamédias
Mercredi 19 Juillet 2017



Mauritanie : des marches à l’intérieur du pays pour rejeter les amendements constitutionnels
Les dirigeants de l’opposition démocratique ont entamé mardi n ensemble d’activités dans le cadre de la campagne pour le rejet des amendements constitutionnels prévus le 5 aout prochain.

Le forum national pour la démocratie et l’unité a organisé un meeting à Néma, présidé par Saleh O. Hanena, président du parti Hatem et le vice président du parti Tewassoul, Mohamed Goulam O. El Hadj Cheikh, en plus d’autres dirigeants du forum.

O. Hanena a dénoncé le referendum anticonstitutionnel selon lui et dont le coût sera extrêmement lourd pour les finances publiques.

Des moyens, selon O. Hanena qui peuvent être utilisés ailleurs pour améliorer les conditions des citoyens extrêmement précaires.

Intervenant à son tour le vice président du parti Tewassoul a dit que l’amendement de la constitution dans cette conjoncture, signifie la déchéance du pays où sévissent la faim et l’injustice.

Il a appelé à une prise de conscience pour faire échec au referendum, destiné seulement, selon lui, à perpétuer le pouvoir du président Mohamed O. Abdel Aziz.

Le FNDU a par ailleurs organisé une marche à Kiffa, au cours de laquelle le dirigeant de l’UFP, professeur, Lo Gourmo Abdoul a dit que ces amendements, du point de vue juridique sont illégaux, et sont un prélude à d’autres décisions plus graves pour la sécurité et la stabilité du pays.

Autre meeting de l’opposition cette fois à Tidjikja, en présence du parti Al Moustagbel, Mokhtar O. Sidi Maouloud, Mohamed O. Khlil, vice président de l’UFP et Samouri O. Bey, président de la confédération libre des travailleurs de Mauritanie.

O. Khlil a réaffirmé que les populations rejetaient ces amendements  avant d’ajouter que rien ne sera épargné pour faire échec à ces amendements constitutionnels.
Il a ajouté que les réalisations dont se vante le pouvoir n’ont en rien servi la wilaya du Tagant, enclavée, exclue et sans eau.

Enfin le président de la CLTM, est intervenu pour réaffirmer que les amendements sont anticonstitutionnels et menacent la sécurité et l’unité du pays, appelant les populations à le rejeter en bloc.
 
 














GABONEWS APAnews