Mauritanie : retrait progressif de l’enseignement fondamental aux écoles privées


Nouakchott - Saharamédias
Jeudi 4 Mai 2017



Mauritanie : retrait progressif de l’enseignement fondamental aux écoles privées
Le gouvernement mauritanien vient de décider l’obligation de l’uniformisation des programmes de l’enseignement primaire, en retirant progressivement et pendant t rois ans , dès la prochaine rentrée scolaire, les autorisations aux écoles privées.

Celles-ci ne pourront pas ouvrir les deux premières années du fondamental qui seront réservés à l’enseignement public.

Cette décision a été annoncée par le ministre de l’éducation lors d’une réunion avec les directeurs régionaux de l’enseignement.

Au cours de cette réunion le ministre a dénoncé la grande anarchie qui caractérise l’enseignement fondamental, rappelant que l’obligation faite aux écoles de dispenser l’enseignement en arabe, n’est pas respectée, celles-ci le dispense dans d’autres langues différentes.

Pour le ministre la disparité des programmes et les choix des parents d’élèves par une ignorance avérée des lois, empêchent toute connexion entre les élèves lors de cette étape cruciale de l’enseignement.

Le ministre a réaffirmé que dès la prochaine rentrée scolaire, il sera procédé au retrait des autorisations de dispenser l’enseignement fondamental au niveau de l’enseignement privé, et les élèves orientés vers l’enseignement public.

Interrogés par le ministre sur leur capacité à accompagner les nouvelles mesures, les directeurs régionaux ont fait état de l’existence de problèmes logistiques et techniques qui doivent être résolus avant la mise en pratique de la nouvelle mesure.

Parmi les problèmes posés l’ouverture de nouvelles écoles et la mobilisation d’un plus grand nombre d’enseignants, afin de pouvoir accueillir les dizaines de milliers d’élèves que doit libérer l’enseignement privé.

L’uniformisation de l’enseignement primaire et sa suppression au niveau du privé, étaient l’une des principales revendications brandies par les participants à la marche du manifeste des Haratines samedi dernier.
 














GABONEWS APAnews