Messaoud Ould Boulkheir fait connaître sa position sur le dialogue et se refuse d’imiter les « révolutions arabes », en descendant dans la rue


saharamedia
Samedi 18 Juin 2011



Le président de l’Alliance populaire progressiste (APP), Messaoud Ould Boulkheir, a déclaré que son parti a tranché la question du dialogue avec le pouvoir, considérant que la décision « privilégie l’intérêt de la Mauritanie et n’est nullement un rapprochement avec le régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz ».

Le président de l’Assemblée nationale, qui tenait un tel propos au cours d’un meeting populaire organisé hier vendredi dans la cité minière de Zouerate, a indiqué que la Mauritanie « traverse une période sensible de son histoire, demandant à tous d’unir leurs efforts.

Ould Boulkheir n’a pas manqué de critiqué au passage l’attitude de « leaders qui tout en prétendant être patriotes, appellent à descendre dans la rue, à l’anarchie et à la rébellion », selon son expression. Il a critiqué également la volonté de certains d’imiter les révolutions tunisienne et égyptienne, disant que ceux qui veulent agir ainsi « n’ont qu’à y aller seuls ».

De son côté, le président du parti « Al wiam », Boidieil Ould Houmeid, a réaffirmé, à partir de Nouadhibou, que le dialogue est la seule voie possible pour venir à bout de la crise que connait la Mauritanie. Il a souligné, au cours d’un meeting populaire organisé vendredi dans la capitale économique que la situation du pays n’est pas bonne dans tous les niveaux, citant les problèmes de l’éducation, de la santé, de la flambée des prix et du chômage des jeunes.

A Nouadhobu, le parti Al wiam annonçait, par la tenue de ce meeting de sensibilisation, le lancement de sa campagne d’adhésion, quelques semaines seulement après le ralliement à la formation de Boidieil Ould Houmeid, de Ghassem Ould Bellali, l’un des trois députés de cette ville aux enjeux politiques très importants.

 















GABONEWS APAnews