Montée des cours du blé ; la Mauritanie encore épargnée


saharamedia
Mardi 21 Septembre 2010



Le cours du blé à travers le monde connaît une spirale vertigineuse depuis quelques semaines.

On a enregistré des émeutes faisant de nombreuses victimes  au Mozambique, et  obligeant le gouvernement de ce pays à revenir sur une décision portant sur une hausse du prix dans ce  pays Mieux, Maputo a  même décidé  de  subventionner une denrée vitale.

Plus près de nous, au Sénégal voisin, la bataille est déjà engagée entre importateurs, boulangers et consommateurs, avec la nécessité de l’arbitrage de l’Etat. D’où l’inévitable conséquence de la rareté du pain. La Mauritanie reste encore zen. Pour combien de temps ? Mystère.

En tous cas, pour le moment,  aucun signal à la hausse  au niveau des importateurs  et  du syndicat des boulangers.

 

Ainsi, les consommateurs peuvent  garder leur sang froid. Cependant, en dépit du contexte sécuritaire difficile, les autorités mauritaniennes devraient engager une réflexion anticipée par rapport à la nouvelle donne mondiale, estiment les observateurs. En Tunisie, les émeutes du pain, rappelle-t-on,   ont failli emporter  le solide régime du président Habib Bourguiba il y a 36 ans. Depuis lors, interdiction formelle de songer à revoir à la hausse le prix de la baguette.

En 1995, la Mauritanie a enregistré ses propres troubles liés au prix du pain, avec des dégâts collatéraux sous la forme d’arrestations de plusieurs leaders de l’opposition.

Nouakchott peut-elle cette fois  s’inspirer de la mesure décidée par les autorités marocaines, qui ont gelé les droits de douanes sur l’importation du blé pour la période du  16 septembre au 31 décembre 2010 pour anticiper une éventuelle flambée.

Au cours des dernières semaines le prix du blé a augmenté de 60% à Paris, comme un peu partout dans le monde.

L’épi doré se négocie autour de 230 euro (ou 300 dollars) contre 183 Dollars il y a tout juste quelques semaines.

A l’origine de cette situation, les incendies d’un été chaud en Russie et les inondations au Canada. Mais aussi, les actions des  inévitables spéculateurs du marché international qui s’engouffrent  dans la moindre brèche pour s’assurer un gros bénéfice.















GABONEWS APAnews