Négation des faits : nouvelle stratégie de défense des « assassins » des touristes français


saharamedia
Lundi 24 Mai 2010



Négation des faits : nouvelle stratégie de défense des « assassins » des touristes français

Lors de leur interrogatoire devant la barre, qui a débuté le dimanche 23 mai, les présumés auteurs de l’assassinat de 4 touristes français prés d’Aleg (274 kilomètres au Sud- Est de Nouakchott) le 24 décembre 2007, ont nié en bloc les faits.

Sidi Ould Sidina, Maarouf Ould Haiba, Mohamed Ould Chabarnou et leurs compagnons rejettent désormais toute responsabilité dans l’exécution de l’attentat de décembre 2007.

Ce qui constitue un changement de cap et une nouvelle stratégie de défense par rapport aux éléments de l’enquête préliminaire, selon des sources proches du dossier.

 

Ils admettent cependant leur appartenance à la nébuleuse terroriste sous régionale Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), dont ils se proclament les combattants.

Cette organisation n’a pas revendiqué le coup du 24 décembre 2007. Ce qui laisse supposer que le sanglant attentat est le fait de ses alliés locaux, contrairement aux actes terroristes précédents dont il s’est attribué la paternité.

Une dizaine de jeunes mauritaniens ont été présentés lundi devant la barre de la cour criminelle de Nouakchott. Deux présumés complices restent en cavale et seront jugés par contumace.

La journée du lundi sera consacrée au réquisitoire du ministère public aux plaidoiries des avocats des parties civiles et de la défense.

Les accusés dans cette affaire doivent répondre de graves crimes « association de malfaiteurs, appartenance à une organisation terroriste, port illégal d’armes, atteinte à la sûreté de l’état…. ».

Ces infractions sont punies de lourdes peines, certaines emportant notamment la sanction capitale au terme des dispositions du Code Pénal (CP).

 















GABONEWS APAnews