Niger : 13 morts et 5 blessés dans l’attaque d’une caserne de la gendarmerie


Saharamédia - Agences
Dimanche 22 Octobre 2017



Niger : 13 morts et 5 blessés dans l’attaque d’une caserne de la gendarmerie
Le bilan de l’attaque contre une caserne de la gendarmerie nigérienne samedi, s’est alourdit.
Il est désormais de 13 tués et 5 blessés selon un communiqué publié par le ministère nigérien de la défense.

Des inconnus armés avaient menés samedi une attaque contre la caserne de la gendarmerie, dans la localité d’Ayorou au sud ouest du pays, à quelque 180 kilomètres au nord de la capitale.

L’attaque contre la localité, proche de la frontière malienne, selon les autorités, avait commencé dès 7 heures locales et les assaillants étaient venus à bord de véhicules et de motocyclettes.

Les habitants avaient entendu des tirs nourris, qui se sont arrêtés par la suite et d’épaisses fumées ont été observées depuis la caserne.

Les habitants de la localité  évoquent des dégâts importants et ajoutent que les assaillants ont récupéré des armes et des équipements militaires avant de se retirer.

Ils auraient subi des pertes selon les mêmes sources.

Pendant ce temps des sources locales faisaient état de combats dans la localité d’Ignat près de la frontière malienne entre l’armée nigérienne et des hommes armés qui pourraient être ceux qui avaient attaqué la caserne des gendarmes auparavant.

Le ministère de la défense a annoncé que des forces terrestres et aériennes nigériennes ont entrepris une vaste opération de poursuite des assaillants affirmant qu’ils s’étaient dirigés vers le nord.

Les attaques des groupes armés se sont multipliés dans le triangle des frontières entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso où le groupe Abou Elwelid Sahraoui  qui avait fait allégeance à l’état islamique et le mouvement Al Mourabitounes.

Ces attaques se sont déroulées au moment où une mission de conseil de sécurité des nations unies effectuait une visite dans les 5 pays du Sahel, la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso, afin d’évaluer le dossier de la constitution d’une force commune de ces pays pour lutter contre le terrorisme dans la région.
 
    

 














GABONEWS APAnews