Nord Mali : La France confirme avoir tué plus de 40 djihadistes ces dernières semaines


Saharamédias + AFP
Samedi 22 Mars 2014


Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé jeudi dernier qu’une quarantaine de jihadistes avaient été tués ces dernières semaines au Mali. Il a aussi confirmé, de manière officielle, la mort d’Omar Ould Hamaha, considéré comme l’un des principaux lieutenants de Mokhtar Belmokhtar.


Le ministre français de la défense lors d'une visite au Mali en septembre dernier
Le ministre français de la défense lors d'une visite au Mali en septembre dernier
Jean-Yves Le Drian, a également donné pour mort à l’issue de ces frappes menées par les forces françaises ces dernières semaines « plusieurs chefs » djihadistes.
« On a pu neutraliser plusieurs chefs, dont en particulier Ould Hamaha, un chef historique d’Aqmi, qui était le beau-père de Mokhtar Belmokhtar », a déclaré le ministre sur une chaine de télévision française. « Neutraliser ça veut dire éliminer », a-t-il précisé.
« La guerre de libération du Mali est finie, elle a été gagnée », a poursuivi Jean-Yves Le Drian, « ce qui est loin d’être fini, et pas uniquement au Mali, c’est la lutte contre le terrorisme ». Les forces françaises présentes dans le pays, où un millier d’hommes « resteront dans la durée », ont désormais « le contre-terrorisme » pour objectif. « Ça se passe au Mali, au nord Niger… Et ça se passe plutôt bien », a-t-il affirmé.
Dans la nuit du 4 au 5 mars, une dizaine de combattants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avaient été tués par des avions de combat et des hélicoptères français dans le nord-est du Mali. Selon un haut responsable de l’armée malienne, le Malien Omar Ould Hamaha faisait partie des victimes de ces combats. Pour avoir été responsable de différents groupes jihadistes, dont Aqmi et le Mujao, il était recherché par le Mali et les États-Unis.
Environ 1 600 soldats français sont actuellement présents au Mali, dans le cadre de l’opération Serval lancée en janvier 2013 contre les groupes jihadistes qui occupaient le nord du pays. Le nombre doit être ramené à un millier dans les prochains mois.
 
 














GABONEWS APAnews