Nouadhibou : La police interpelle des étrangers suite à la mort de Ould Emana


saharamedia
Mardi 27 Juillet 2010



Les services de  sécurité de la ville de Nouadhibou,au nord de la Mauritanie, ont interpellé  trois étrangers (une femme et deux hommes), détenteurs  d’identités maliennes, dans le cadre de ses investigations sur l’assassinat d’ Ahmed Ould Emana dont le corps, découpé en trois quartiers,  a été retrouvé à trois différents endroits de la ville hier matin. Une source de sécurité, qui a préféré ne pas se divulguer, a confié à Sahara media, qu’elle exclut le fait que ces trois maliens soient les auteurs de ce crime mais qu’étant donné qu’ils ont loué une maison appartenant à la victime, "il est logique qu’ils soient  impliqués dans l'enquête." L’hypothèse la plus soutenue à Nouadhibou privilégie  la piste de la liquidation de Ould Emana par les soins  de personnes appartenant à al-Qaïda au Maghreb islamique et ce, en raison de son refus de coopérer avec l'organisation à l’effet de lui  attirer des touristes occidentaux et  Français en particulier, qui tomberaient ainsi entre les mains d'Al-Qaïda sachant que le défunt est l’un des guides touristiques les plus en vue dans la région. Selon les défenseurs de cette hypothèse, la mort de sept membres d'Al-Qaïda dans une attaque menée par l’armée mauritanienne, avec le soutien de la France dans le nord du Mali, pousse l'organisation  à prendre l'initiative de s’ériger  contre les  objectifs de la France sur le territoire de la Mauritanie. En fait, avec  le corsage d’une  situation appelée à prendre de l’ampleur, l’organisation islamiste en serait arrivée à considérer le refus de coopération du défunt comme une menace pour sa cellule dormante,  ce qui l’a  conduite à sa liquidation de crainte qu’il ne soit amené à divulguer  les membres de cette cellule. D'autres, eux, créditent  l'hypothèse de cette  liquidation, par les soins d’Alqaida, sur la base de l’horreur de l’opération et la méthode de couper des parties du corps de la victime et de les déposer en  divers endroits de la ville, alors que d’autres parties de  ce corps restent, en vain, introuvables. Une donne qui signifierait que l'objectif n’était pas seulement d'assassiner, mais d’engendrer  la terreur dans les esprits des citoyens et de les convaincre que la déclaration du gouvernement mauritanien d’aller en guerre contre Al-Qaïda, va générer une phase d'insécurité qui n’épargnera personne et pas même un vieil homme. La famille d'Ahmed Ould Emana à Nouadhibou, avait informé les services de sécurité de sa disparition et ce  avant que soient  découvertes des parties de son corps jetées dans différents endroits de la ville.

 

 















GABONEWS APAnews