« OFFENSIVE SANTE » CONTRE LE PALUDISME ET LA BILHARZIOSE : L’Omvs cible 9 millions de personnes


saharamedia
Mercredi 5 Mai 2010



« OFFENSIVE SANTE » CONTRE LE PALUDISME ET LA BILHARZIOSE : L’Omvs cible 9 millions de personnes

Après Kayes en 2009, l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs) a déroulé à Saint-Louis, la seconde phase de son « Offensive Santé ». La cérémonie a permis de distribuer 1,6 million de moustiquaires imprégnées à longue durée d’action qui permettront, à terme, de protéger environ 9 millions de personnes dans le Bassin du fleuve Sénégal. L’initiative de l’Omvs vise à soutenir les efforts des Etats membres dans leur combat qu’ils mènent contre le paludisme et la bilharziose et le choix de Saint-Louis s’explique par le fait que cette zone est à forte prévalence de la bilharziose. Le président du Conseil des ministres de l’Omvs, Samuel Ameth Sarr, a salué la clairvoyance des présidents Abdoulaye Wade, Amadou Toumani Touré, Mohamed Ould Abdel Aziz et Sékouba Konaté qui ont su amplifier la mission de l’Omvs pour le bien-être des populations. « Notre souci premier est de renforcer et de développer notre contribution au développement de notre sous-région en déroulant la feuille de route telle que fixée par les autorités de l’Omvs pour l’amélioration des conditions des populations les plus vulnérables », a dit Samuel Sarr qui a rappelé que les maladies hydriques constituent de sérieux problèmes de santé publique dans le bassin du fleuve Sénégal. « Une véritable explosion du taux de prévalence du paludisme et de la bilharziose et l’ampleur des grandes pandémies dans le bassin démontrent la nécessité de mesures urgentes en complément aux stratégies et programmes nationaux », a-t-il indiqué, tout en précisant qu’avec l’appui de la Banque mondiale et dans le cadre du projet de gestion intégrée de la ressource en eau et le développement des usages multiples de l’eau, plus de 25 milliards de FCfa sont en cours d’investissement pour lutter contre ces deux grandes pandémies du bassin.

9 millions de personnes à protéger

Cette offensive santé de l’Omvs, qui aboutira à la distribution d’un second lot de 1.600.000 moustiquaires qui seront acheminées sur les sites des 4 Etats membres permettront de protéger environ 9 millions de personnes contre le paludisme et les autres pandémies. Dans les prochains jours, un important lot constitué de 7,1 millions de comprimés de praziquantel et de 2,1 millions d’albendazole sera distribué aux populations du Bassin du fleuve Sénégal permettant ainsi de protéger 75 % des populations d’âge scolaire et 60 % de la population générale contre ces deux pandémies. « Cette initiative, avec l’appui de l’Agence française de développement, permettra de compléter le dispositif en exécutant un programme de lutte intégré contre l’endémie bilharzienne dans des zones prioritaires par la mise en place d’infrastructures d’alimentation en eau potable et assainissement ». Ces programmes d’actions complémentaires visent à combattre les maladies à la source en rompant la chaine de transmission par une approche globale, intégrée et multisectorielle.

 La cérémonie de lancement de la deuxième phase de l’Offensive santé de l’Omvs s’est déroulée en présence aussi des ministres de la Santé, Cheikh Moctar Ould Horma et de son homologue de l’Hydraulique, Ould Aboye, du ministre de l’Energie et de l’Eau du Mali, du représentant du ministre guinéen de l’Hydraulique, du Haut commissaire, Mohamed Ould Merzoug.

L’érection de barrages dans le bassin du fleuve Sénégal a favorisé le remodelage de notre écosystème et a entraîné la recrudescence de maladies liées à la présence permanente de l’eau, a-t-il noté, non sans appeler à une jonction des efforts dans tous les secteurs pour les éradiquer.

Le  rôle précurseur joué par les pères fondateurs Ould Daddah, Modibo Keita, Sékou Touré et Léopold Sédar Senghor qui avaient jeté les bases de cette organisation a été magnifié, lors de la cérémonie.D’une valeur de 25 milliards de FCFA, le PGIRE est financé par la Banque mondiale sur une période de dix ans.

 

 

 

 















GABONEWS APAnews