Ould Daddah : Ould Abdel Aziz fait fi de la loi et de la Constitution et gère le pays selon son humeur du moment


saharamedia
Vendredi 27 Mai 2011



Au cours d’un meeting populaire organisé hier jeudi à Nouakchott par le Rassemblement des forces démocratiques (Rfd), le président de ce parti, Ahmed Ould Daddah, a sévèrement critiqué le président Ould Abdel Aziz, l’accusant de faire fi de la loi et de la Constitution et d’agir « selon son humeur dans la gestion des affaires publiques ».

Dans ce meeting organisé dans la moughataa d’Arafat, Ould Daddah a ajouté qu’il « n’ y a pas de pouvoir en Mauritanie mais seulement un individu qui dispose de tout, ce qui pousse le RFD à ne plus demander des réformes mais à accorder la priorité à la sauvegarde de la Mauritanie ».

Ould Daddah a évoqué par la suite la situation du secteur de la santé, qu’il a qualifié de « mort clinique », ajoutant que l’Etat et son administration sont paralysés à cause de la centralisation de toutes les décisions entre les mains du président Ould Abdel Aziz, précisant que chaque ministre ou responsable avoue à ceux à qui il a confiance qu’il ne « dispose d’aucune prérogative et ne peut rien faire ».

Le président du Rfd a lancé un appel pressant au président Ould Abdel Aziz et au Premier ministre d’entamer « des réformes sérieuses » dans les domaines politique, économique et sociale, sinon, le changement deviendra inéluctable ». Il a, dans ce cadre, appelé aussi les jeunes à agir pacifiquement pour « sauver la Mauritanie de la déchéance ».

De son côté, le vice-président du Rfd, Mohamed Abdarrahmane Ould Moine, a déclaré que la Mauritanie « traverse une période creuse de son histoire » et que le pouvoir « est obligé de mener des réformes profondes rapidement ou à se préparer à faire face à ce qui est arrivé en Egypte et en Tunisie à Moubarak et à Ben Ali ». Il a donné, en exemple de « la dérive autoritaire du pouvoir, la promesse faite par Ould Abdel Aziz à la fille du prisonnier Ahmed Ould Khattry de le libérer, ce qui signifie, ajoute Ould Moine, qu’il n’ y a « ni loi ni justice et que et Ould Abdel Aziz est le seul en mesure d’emprisonner de libérer ».

Ould Moine a poursuivi en disant que ce meeting qui est le début d’une série de manifestations similaires que le Rfd compte organiser, « est un message fort à Ould Abdel Aziz pour qu’il entame des réformes véritables, et éviter ainsi le changement violent », selon son expression.

Enfin, l’ex officier Mohamed Lemine Ould El Waer a appelé Ould Abdel Aziz « à sep réparer à partir au plus vite » car « le changement est une chose inéluctable ». 

 















GABONEWS APAnews