Ould Daddah : reconnaître Ould Abdel Aziz en tant que président de la République ne signifie nullement reconnaître la transparence de la dernière présidentielle


saharamedia
Jeudi 2 Décembre 2010



Le chef de file de l’opposition démocratique en Mauritanie, Ahmed Ould Daddah, vient de déclarer que le fait que le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) aient décider de « reconnaître Ould Abdel Aziz comme président de la République ne signifie nullement la reconnaissance de la transparence de l’élection présidentielle de juillet 2009. »

Ould Daddah a ajouté, « je n’ai rencontré le président Mohamed Ould Abdel Aziz après les élections qu’à deux reprises, à sa demande », précisant que le chef de l’Etat lui a exposé la situation générale du pays et que lui, à son tour, a donné « l’avis de son parti sur ce qui doit être fait en ce sens. »

 

Ould Daddah qui s’exprimait dans une déclaration à Sahara média, ce mercredi, a exclu l’éventualité que « son parti accepte de se dissoudre dans un gouvernement issu d’un pouvoir militaire », réaffirmant du coup « l’ancrage du RFD dans l’opposition » mais précisant que cela « ne signifie pas l’impossibilité que son parti puisse s’entendre avec le pouvoir ». C’est, a-t-il ajouté, « un parti démocratique qui coopère avec le pouvoir sans toutefois sortir de ses positions de principe portant sur une réforme globale de tous les secteurs de la vie nationale », selon les propos de Ould Daddah.

 

Le président du RFD a renouvelé ses critiques à l’encontre de ce qu’il a appelé « la gestion unilatérale du pays, le manque de transparence dans cette gestion et l’absence de projets susceptibles, réellement, de créer l’emploi pour les jeunes et de relancer une économie aujourd’hui paralysée », selon l’expression du chef de file de l’opposition démocratique.















GABONEWS APAnews