Ould Sidina, Chabarnou, Haiba et Seman bientôt devant la criminelle


saharamedia
Mardi 4 Mai 2010



Ould Sidina, Chabarnou, Haiba et Seman bientôt devant la criminelle

La Cour Criminelle du tribunal de la Wilaya de Nouakchott tient ses prochaines assises à partir du 15 mai, conformément à une annonce faite par un communiqué du parquet il y a une dizaine de jours,  confirmée lors d’une rencontre entre le procureur de la République, Amadou Ciré Ly  et la presse, jeudi dernier. Une audience au cours de laquelle des affaires liées au terrorisme figurent au programme. Dans cette perspective, le  journal Tahalil Hebdo apporte des précisions utiles sur son site en révélant notamment que l’affaire de l’assassinat de 4 touristes français à Aleg, le 24 décembre 2007 et de l’attaque contre l’ambassade d’Israël à Nouakchott le 10 février 2008, seront enrôlées lors des prochaines assises criminelles. Plusieurs individus sont détenus à titre préventif dans le cadre de l’instruction de ces 2 affaires qui ont longtemps fait la une de la presse nationale et internationale au cours des dernières années. Se trouvent actuellement dans les liens de l’accusation pour  le  dossier relatif à l’assassinat des touristes français  un groupe de  jeunes islamistes présumés terroristes  dont les plus connus  sont Sidi Ould Sidina, Mohamed Ould Chabarnou, (tous les 2 arrêtés à Bissau et extradés vers Nouakchott en janvier 2008, après une cavale 3 semaines),   Maarouf Ould Haiba, mis sous les verrous en avril 2008. Une arrestation intervenue  dans des circonstances rocambolesques, au cours d’une semaine marquée par des affrontements entre éléments des  forces de sécurité et présumés terroristes dans les rues de Nouakchott, entraînant la mort au combat d’un officier de police. Une vaste opération de ratissage déclenchée à la suite de l’évasion de Sidi Ould Sidina  début d’avril. Un mois riche en rebondissements qui trouve son  épilogue dans un vaste coup de filet  au sein du  milieu islamiste présumé terroriste. Quant à l’affaire concernant  l’attaque contre la représentation diplomatique israélienne à Nouakchott, elle met en cause l’émir Khadim Ould Seman et une dizaine de jeunes actuellement détenus. Considéré comme un élément « important » pour la nébuleuse Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), cet émir aux convictions bien ancrées, a profité de la journée de lancement du dialogue entre le gouvernement et les détenus salafistes, le 18 janvier 2010,  pour se signaler à l’attention de  l’opinion nationale et internationale. Cela,  grâce à une forte médiatisation d’un événement inédit dans l’histoire du traitement de la question terroriste en Mauritanie. Procédé choisi : il brandit à la face des officiels présents,  de la Mauritanie et du monde entier  le logo  du mouvement terroriste  en signe de réaffirmation de sa détermination à combattre les « infidèles » partout et en toutes circonstances, accréditant ainsi dans l’opinion  l’image d’un dur. Ces jeunes doivent répondre à une série de chefs d’accusations relatives à des infractions criminelles parmi lesquelles  l’association de malfaiteurs, l’atteinte à la sûreté de l’état, le port illégal d’armes, l’assassinat………

 















GABONEWS APAnews