PREMIÈRE VICTIME DU «SABOTAGE» DES TRAVAILLEURS DE LA SONATEL : Mohamed Tidiane Seck viré de l'Adie et remplacé par Tamsir Amadou Salif Ba


saharamedia
Dimanche 8 Août 2010



PREMIÈRE VICTIME DU «SABOTAGE» DES TRAVAILLEURS DE LA SONATEL : Mohamed Tidiane Seck viré de l'Adie et remplacé par Tamsir Amadou Salif Ba

Mohamed Tidiane Seck n'est plus directeur de l'Agence de développement de l'informatique de l'Etat (Adie). Il a été relevé de ses fonctions, jeudi, lors du Conseil des ministres par le président de la République. M. Seck a été remplacé par Tamsir Amadou Salif Ba, Ingénieur en télécommunications et réseaux, qui occupait précédemment le poste de Conseiller technique, chef du Service informatique de la présidence de la République.

 

L'Intranet gouvernemental fatal à Tidiane Seck

Mais des spécialistes au coeur des télécommunications soulignent que M. Seck n'est que la première victime de la journée initiée par les syndicalistes de la Sonatel qui s'opposent à l'arrivée de Global Voice pour le contrôle des appels internationaux entrants au Sénégal. Une journée marquée par de très sérieuses perturbations sur le réseau téléphonique, jeudi. Le lien entre Tidiane Seck et les syndicalistes de la Sonatel se trouve dans le blocage du fonctionnement de l'action gouvernementale qui, à l'image du reste du pays, n'a pas marché. Selon des sources bien informées, le président Wade aurait piqué une colère noire quand il a su que le projet d'intranet gouvernemental n'était pas encore en exécution.

«Je pensais qu'on pouvait travailler parce que notre Internet ne dépend pas de la Sonatel», aurait dit Me Wade à un de ses collaborateurs. Et profitant du Conseil des ministres, il a limogé Tidiane Seck qui, depuis trois ans, ne cesse de vendre cette idée à Wade qui la montre partout comme une de ses réalisations phares.

L'Ige va débarquer à l'Adie

Et c'est pourtant ce qu'avait promis l'ex-Dg de l'Adie qui était dans un projet de développement d'une fibre optique à même de permettre aux dif¬férentes institutions et services de l'Etat, au niveau central comme dans les régions, de pouvoir fonctionner et, du coup, se passer de l'Internet de la Sonatel à travers l'Intranet gouvernemental. Un projet estimé à 40 milliards de francs Cfa, financé par un prêt la République populaire de Chine.

Selon le site de l'Adie, «l'Intranet gouvernemental, c'est d'abord un projet d'infrastructure technique qui se traduit par la mise en place d'un réseau gouvernemental haut débit pour la voix, la vidéo et les données. Ce réseau est basé sur une boucle optique qui réunit 8 noeuds principaux : l'Assemblée nationale, le ministère de l'Economie et des Finances, le ministère, de l'Intérieur, les ministères situés au camp Lat Dior, le ministère des Affaires étrangères, le Building administratif, la présidence de la République et l'Agence De l'Informatique de l'Etat ». D'ailleurs, les mêmes sources soulignent qu'il n'est pas exclu que Wade envoie une mission de vérification de l'Inspection générale d'Etat (lge) à l'Adie.

Auteur: le populaire

 

 















GABONEWS APAnews