Parce que les Les morts n’ont pas pu voter…


Nouakchott - Saharamédias
Lundi 7 Août 2017



Parce que les Les morts n’ont pas pu voter…
Le ministre de l’économie et des finances, coordinateur de la campagne en faveur des amendements constitutionnels, Mokhtar O. Djay, s’est déclaré satisfait du taux de participation au niveau de Nouakchott, même s’il n’a été que de 36%.

La faiblesse de ce taux, le ministre l’a imputé aux morts, 17.000 depuis 2013, selon les estimations a précisé O. Djay, des morts dont les noms ont continué de figurer sur la liste électorale.

Autre motif de satisfaction, selon le ministre, l’absence d’une bonne partie de la population de la capitale en cette période de vacances pour la période de la Guetna dans les régions du nord ou  pour l’hivernage dans les régions de l’est.

Selon le ministre l’opposition a axé ses efforts sur la capitale où quatre maires sont issus de l’opposition dont trois appartenant à des formations politiques qui ont décidé de boycotter.

O. Djay est cependant satisfait des 98.000 voies obtenues à Nouakchott en faveur du « OUI », un chiffre plus important que ceux que la majorité recueillait lors des précédents scrutins.

Le ministre a mis en doute le boycott prôné par l’opposition qui aurait voté, selon lui par « NON » réaffirmant que des responsables de l’opposition ont été vus dans les bureaux de vote, ce qui explique les 22.000 voies contre les amendements.

« Nous avons compris leur stratégie et nous les avons pris à leur piège, a dit O. Djay, et le nombre de voies en faveur des amendements aurait été plus important si les 15.000 bulletins nuls, favorables aux amendements, avaient été pris en compte, mais les présidents de bureaux avaient été très sévères ».

Le ministre a soutenu que certains présidents de bureaux de vote participaient aux marches de protestation contre les amendements et qu’il avait leurs noms.

Malgré cela a-t-il dit on s’était pas opposé à leur présence dans les bureaux, car on leur reconnaissait leur liberté politique.

Le ministre a nié le recours à la fraude, précisant que dans certains bureaux, seule une ou deux personnes ont voté.

« Si nous avions voulu recourir à la fraude, a encore dit O. Djay nous aurions comptabilisé les 15.000 nuls en notre faveur, car en réalité ils nous étaient destinés ».
 
 














GABONEWS APAnews