Paul Kagame très largement réélu président du Rwanda


saharamedia
Mercredi 11 Août 2010



Paul Kagame très largement réélu président du Rwanda

Le chef de l'Etat sortant, Paul Kagame, a remporté l'élection présidentielle de lundi au Rwanda avec 93% des voix, mais l'opposition dénonce un scrutin marqué par la répression et la violence. L'ancien chef militaire du Front patriotique rwandais (FPR) a obtenu 4.638.560 voix sur un total de 5.178.492, a annoncé la Commission électorale nationale. Crédité d'avoir reconstruit le Rwanda et rétabli la stabilité après le génocide de 1994, Kagame avait recueilli 95% des suffrages en 2003.

 

"Nous pouvons dire que nous sommes très heureux de la façon dont le processus électoral s'est déroulé, de la campagne au scrutin lui-même. On ne nous a signalé d'intimidations nulle part", a déclaré Charles Munyaneza, secrétaire exécutif de la commission électorale.

Le résultat doit encore être validé par la Cour suprême. La participation a dépassé les 95% dans l'ensemble des cinq provinces du pays, et atteint 68% parmi les Rwandais de l'étranger.

Le rival le plus proche du chef de l'Etat sortant, Jean Damascène Ntawukuliryayo, du Parti social démocrate (PSD), a recueilli cinq pour cent des suffrages.

Prosper Higiro, du Parti libéral, n'a obtenu qu'un peu plus de un pour cent des voix et Alvera Mukabaramba, du Parti pour la Paix et la Concorde, 0,4%.

FAIRE-VALOIR

L'opposition affirme que les autres candidats étaient seulement présents pour servir de faire-valoir au chef de l'Etat sortant et elle dénonce le fait que trois personnalités de l'opposition aient été empêchées de se présenter.

L'une d'entre elles, Victoire Ingabire, dirigeante des Forces démocratiques unies, accusée d'avoir financé des rebelles en République démocratique du Congo et d'adhérer à l'idéologie génocidaire - allégations qu'elle rejette - a dénoncé les résultats.

"Ils prennent toutes les mesures pour menacer l'opposition, ils prennent toutes les mesures pour empêcher les gens de voter librement. Pourquoi ne lui accordent-ils pas 100%?", a-t-elle dit.

Les groupes de défense des droits de l'homme ont dénoncé un climat de violence, avec notamment les assassinats d'un journaliste et d'un responsable de l'opposition dans les semaines précédant le scrutin.

Des observateurs du Commonwealth ont estimé que le vote s'était déroulé dans le calme et avait été correctement organisé, soulignant toutefois que le Rwanda devait améliorer la liberté de la presse et la représentativité de tous les courants dans la vie politique.

Le porte-parole de la police, Eric Kayiranga, a fait état d'une attaque à la grenade, mercredi, visant un dépôt de bus à Kigali. Il n'a fourni aucune précision sur d'éventuelles victimes ainsi que sur l'identité supposée des assaillants.

Gregory Schwartz, Nicole Dupont et Jean-Loup Fiévet pour le service français

 















GABONEWS APAnews