-Pour la fête du premier mai 2013, des milliers de travailleurs mauritaniens à Nouakchott et dans l’intérieur du pays célèbrent ce mercredi la fête internationale des travailleurs.


Sahara Médias - Nouakchott
Mercredi 1 Mai 2013



-Pour la fête du premier mai 2013, des milliers de travailleurs mauritaniens  à Nouakchott et dans  l’intérieur du pays célèbrent  ce mercredi la fête internationale des travailleurs.
Pour la fête du premier mai 2013, des milliers de travailleurs mauritaniens à Nouakchott et dans l’intérieur du pays ont célébré ce mercredi la fête internationale des travailleurs.
Les doléances ont globalement porté sur la Révision de la convention collective générale des travailleurs, l`augmentation des salaires, l`application de la semaine des 40 heures, la couverture médicale, la régularisation des travailleurs non permanents et la mise en application de lois du travail.
Dans un discours prononcé à l’occasion du premier mai, Maty Mint Hamadi, ministre de la fonction publique et de la modernisation de l'administration a affirmé que l'approche de la concertation et du dialogue avec les acteurs sociaux adoptée par son gouvernement « n'est qu'une preuve de son attention et de son action pour transcender toutes les difficultés auxquels les travailleurs font face».
Mint Hamady a également souligné que la dernière augmentation des salaires des fonctionnaires publics, l'annulation de l'I.T.S pour les bas salaires et la diminution substantielle de son taux pour les autres ainsi que l'application de cette mesure au secteur privé sont des efforts qui s'ajoutent aux autres actions accomplies jusqu'à présent comme le relèvement du SMIG, la généralisation des indemnités de logement et de transport et l'amélioration de l'arsenal juridique visant à mettre les travailleurs et les fonctionnaires dans une situation acceptable. Selon la ministre.
Dans une allocation prononcée devant plusieurs milliers d’adhérents, mercredi à l’occasion de la célébration de la fête du premier mai, Le Secrétaire Général de la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie (CGTM), Aballahi ould Mohamed dit Naha, a vivement dénoncé « la surexploitation des travailleurs mauritaniens, réduits à l’état d’esclaves des temps modernes et le pillage des ressources naturelles du pays »
La CGTM a notamment condamné « le pillage des ressources minières, halieutiques, pétrolières et agricoles du pays par des multinationales, avec la complicité d’une poignées de mauritaniens » et invité le gouvernement « à l’ouverture de négociations sérieuses pour mettre fin à cette situation, car les travailleurs, véritables producteurs de richesses, sont totalement exclus du partage».














GABONEWS APAnews