Première session ordinaire de l’Assemblée Nationale : Messaoud appelle à l’unité contre le terrorisme.


saharamedia
Vendredi 12 Novembre 2010



Première session ordinaire de l’Assemblée Nationale : Messaoud appelle à l’unité contre le terrorisme.

Le parlement mauritanien a ouvert sa première session ordinaire de l’année lundi dernier.

Une occasion saisie par le président de l’assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir, leader de l’Alliance Populaire Progressiste (APP) et figure historique de l’opposition dite radicale, pour appeler à l’union sacrée contre le terrorisme, dans son allocution d’ouverture.

 


 

Un discours en nette rupture avec les faits, gestes et propos du président de la chambre basse, dans une posture de refus inflexible du pouvoir issu du coup d’état militaire du 6 août 2008, suivi de l’élection présidentielle du 18 juillet 2009.

Un scrutin dont l’opposition dans toutes ses composantes avait contesté les résultats de manière véhémente, arguant « de fraudes et de manipulations » qui auraient marqué son déroulement.

Dans son adresse aux députés, le leader de l’APP a fortement plaidé en faveur de « plus d’objectivité et de sagesse, pour relever ensemble tous les défis aux quels est confrontés le pays  et éloigner les dangers qui le menacent ».

Un impératif  pour une dynamique  unitaire, seul moyen de nature « à assurer la survie et la pérennité de l’état  qui peut être atteint » dans une démarche de rupture «  avec une certaine mentalité, la tendance à banaliser le rôle de l’opposition et à exagérer  celui de la majorité » de l’avis du président de la chambre basse du parlement.

La mise en œuvre rapide d’une telle orientation étant la garantie d’une Mauritanie « indépendante, libre et démocratique ».

La première session ordinaire du parlement est intervenue  dans un contexte marqué par une passe d’armes verbale entre le président  sortant de la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD), un collectif de 9 partis, Mohamed Ould Maouloud, leader de l’Union des Forces de Progrès (UFP) et la mouvance proche du pouvoir, au sujet de la stratégie de lutte contre le terrorisme, qui ne serait qu’une vulgaire guerre par procuration.

Un feu allumé  au moment ou ould Maouloud  passait le témoin à Abdoul Ghoudous Ould Abeidna, président de l’Union Nationale pour l’Alternance Démocratique (UNAD).

 

La COD en lambeaux

Un petit regard sur le rétroviseur permet de constater  une frappante ressemblance de ton entre l’allocution du président de l’assemblée nationale prononcée lundi dernier, et un autre discours, servi lors de la première session ordinaire du parlement ayant suivi l’élection contestée de Mohamed Ould Abdel Aziz.

Une perche qui n’avait pas été saisie par le camp  du  pouvoir à l’époque.

Quelle sera  la réaction de Mohamed ould Abdel Aziz , seule constante dans la mouvance cette fois ? Difficile pour l’heure de trouver une réponse à cette interrogation.

Quant aux autres questions, elles portent sur les véritables nouvelles  motivations de ce qui ressemble à un véritable virage à 100 degré  du leader de l’APP ?

Effets de la contestation interne ? Désir de marquer un break dans la guéguerre avec le pouvoir ?......

Quelques soient les réponses à ces différentes interrogations, un constat s’impose : après ADIL, le RFD et El WIAM, APP affichent de bonnes dispositions vis-à-vis du pouvoir.

Seule l’UFP reste solidement accrochée à ses convictions.

C’est dire que la COD a volé en éclats.

Cheikh Sidya.















GABONEWS APAnews