Prison de Dar Naim : Sahara média parlent aux prisonniers et rapportent leurs récriminations à propos des conditions de vie dans ce pénitencier


saharamedia
Samedi 16 Octobre 2010



Le calme est revenu dans les cellules des prisonniers du pénitencier de Dar Naïm (Nouakchott), après des heures de protestations et de menaces de soulèvement et de recours à la violence suite au décès de 4 prisonniers de droit commun dans des conditions jugées obscures.

Dans cette prison les cris de près de 1200 détenus sont montés tout d’un coup pour dénoncer ce qu’ils ont considéré comme « une tentative de la part des responsables de la prison de cacher à la face de l’opinion publique nationale et internationale la propagation d’un mal obscure et la mise à l’écart de 32 prisonniers dans une seule salle sans qu’on leur fournisse les moindres soins ».


Et selon les déclarations d’un prisonnier à Sahara média, « certains de ces prisonniers toussaient de manière très forte, voyaient leurs corps suppuraient de manière insoutenable et perdaient même connaissance de temps à autre ». Ils ont été rassemblés dans une seule salle par des gardes qui prenaient soin à mettre des masques, selon les dires de ce prisonnier qui ajoute : « nous avons été gagné par la peur quand on a commencé à enregistré les morts qui ont atteint 15 depuis le 6 septembre dernier ».

La prison de Dar Naim connaît, en ce moment, une panique générale qui a gagné aussi bien les rangs des détenus que ceux de leurs geôliers. Hors des murs du pénitencier, les parents des prisonniers éprouvent la même angoisse et disent ne pas comprendre la lenteur avec laquelle les pouvoirs publics abordent un fléau qui peut prendre des proportions plus grandes. Une réponse a été donnée à cette question par le déplacement effectué par le ministre de la Santé, Dr Cheikh El Moctar Ould Horma, à l’intérieur de la prison de Dar Naim qui a tenté de rassurer les prisonniers de rassurer ces prisonniers en leur promettant que tout sera fait pour « maîtriser la situation et leur fournir les soins nécessaires ».

La visite du ministre de la Santé est intervenue après un passage éclair de son homologue de la Justice qui était accompagné par le Procureur de la République, le Commandant responsable de la prison et le procureur de la République. La propagation d’un mal mystérieux à l’intérieur de la prison de Dar Naim a fait dire à l’un des gardes : « Nous ne savons pas ce qui arrive à ces prisonniers mais je pense que la situation est hors contrôle ».

D’aucuns pensent que la situation que traverse aujourd’hui le pénitencier de Dar Naim est le résultat de l’accumulation de problèmes inextricables durant plusieurs années. La situation préoccupe certaines organisations des droits de l’homme et Aminetou Mint Moctar n’hésite pas à dire qu’il est « inadmissible que les traditions de la République Islamique de Mauritanie, et sa Constitution ne garantissent pas à des prisonniers de vivre dans des conditions de détentions acceptables. »

Un prisonnier a, dans un contact téléphonique avec Sahara média, indiqué qu’il vit dans une peur indescriptible et que les gardes ont fait appel aux « émirs des cellules » pour juguler la peur qui commence à se propager à l’intérieur de la prison.

Aux premières heures de la journée du jeudi, des détenus ont annoncé leur volonté de se soulever contre ce qu’ils ont appelé « la bureaucratie de la prison » qui consiste à mettre les hauts responsables accusés de gabegie dans l’aile « droite », qui jouit de tous les égards, et de mettre tous les autres dans l’aile « gauche » à l’intérieur de laquelle s’est déclenchée la maladie.

A signaler qu’il y a une semaine, un mal mystérieux s’est déclanché dans la prison de Dar Naim (construite pour accueillir seulement 300 détenus) et a engendré plusieurs décès qui ont mis les autorités du pays dans un sérieux embarras.















GABONEWS APAnews