Proposition de la COD pour le dialogue : dissolution du parti au pouvoir et organisation d’élections anticipées


saharamedia
Samedi 2 Avril 2011



La Coordination de l’Opposition démocratique (COD) en Mauritanie a présenté ce qu’elle considère comme une proposition de nature à ouvrir un dialogue politique avec le pouvoir.

Elle a, dans ce cadre, présenté une plateforme susceptible, selon elle, de « permettre un changement pacifique ».

Cette plateforme a évoqué, comme nécessité première, de préparer une nouvelle loi électorale de manière consensuelle, pour « corriger les erreurs du passé », et notamment en ce qui concerne la Commission nationale indépendante (CENI), la révision de la liste électorale, des cartes d’électeurs ainsi que des bureaux de vote, en plus de la lutte contre la « corruption électorale ».

 

Le document de la COD précise que la loi électorale proposée constitue la condition sine qua non pour qu’elle accepte de participer à toutes élections éventuelles.

Elle a, à cet effet, demandé au pouvoir d’œuvrer pour la mise en place d’un agenda rapide pour la préparation d’un nouveau processus destiné à régenter toutes les élections à venir, « y compris des élections présidentielles anticipées  pour mettre en place des institutions républicaines, de manière définitive, et sur des bases de légitimité et de légalité dépourvues de doute », selon la COD.

Elle a également demandé à revoir « la gestion obscure de l’agence de l’état-civil et les privilèges dont bénéficie son comité de pilotage sur le plan légal » (décret 150 en date du 6 juillet 2010). La COD a aussi demandé la dissolution du parti au pouvoir, l’Union pour la République (UPR) qu’elle a qualifié de « parti de l’administration ». Elle a également, dans le même ordre d’idée exigé le « droit de réserve » que doivent observer tous les hauts fonctionnaires de l’Etat (secrétaires généraux, directeurs d’établissements publics, etc), affirmant, dans ce cadre, « l’incompatibilité des fonctions gouvernementales avec les responsabilités au niveau des partis politiques ».

Enfin, la COD a appelé le pouvoir à libéraliser, sans tarder l’espace audiovisuel et à mettre en place une stratégie efficiente de lutte contre la flambée des prix.

 

 















GABONEWS APAnews