Prospection aurifère : le gouvernement fixe les conditions


Nouakchott - Saharamédias
Vendredi 22 Avril 2016



Prospection aurifère : le gouvernement fixe les conditions

Le gouvernement mauritanien vient de définir un nouveau cadre pour la prospection aurifère individuelle vers laquelle se sont rués ces dernières semaines des centaines de jeunes mauritaniens diplômés chômeurs mais aussi d’autres personnes à la recherche du gain.

Le nouveau cadre, approuvé hier jeudi en conseil des ministres, entrera en vigueur lundi prochain.

Il fixe les conditions et les obligations en plus de sanctions applicables aux prospecteurs.

Selon le ministre du pétrole, de l’énergie et des mines, le nouveau cadre fixe au préalable la zone de prospection autorisée.

Dans un point de presse, le ministre a dit que l’objectif est de sécuriser les citoyens, dans une zone relevant de l’autorité de l’état, hors des zones de prospections octroyées par licences à des sociétés, protégées par le code minier.

Le ministre a ajouté que le gouvernement a voulu simplifier les mesures afin de permettre à tous les mauritaniens de profiter de l’opportunité.

Il suffit, selon le ministre, de payer un montant de 100.000 ouguiya au trésor public pour obtenir une autorisation de prospection valable pour quatre mois.

Les obligations

Se limiter à l’utilisation des détecteurs de minerais.

Les prospecteurs ne sont pas autorisés à utiliser les appareils industriels, ni les chargeurs ni les explosifs.

Les détecteurs de minerais à utiliser doivent avoir été dédouanés et entrés légalement en Mauritanie.

Les bénéficiaires doivent prospecter dans la zone déterminée autorisée aussi à d’autres personnes sans restriction.

Il est interdit, selon le ministre de recourir à l’utilisation des produits chimiques tels que ceux utilisés par les grandes sociétés pour isoler l’or des autres minerais.

La destination de l’or

Le nouveau cadre organisationnel oblige les prospecteurs à déclarer les quantités trouvées auprès d’une structure que l’état définira, qui se chargera de peser l’or et de l’acheter au prix mondial.

Cette structure sera la seule habilitée à acheter le produit a fin d’empêcher le trafic vers l’étranger de ressources nationales a encore ajouté le ministre.

Sanctions : prison et amendes

Le nouveau cadre qui entrera en vigueur lundi prévoit des sanctions, soit la prison ou l’amende à l’endroit de ceux qui s’adonneront illégalement à la prospection aurifère.

Les amendes prévues varient entre 500.000 UM et un million et la prison de un à trois mois en plus de la confiscation du matériel et de la quantité de l’or en possession du contrevenant.

Le ministre a enfin précisé que des équipes du ministère, des unités de la police des mines et des forces de l’ordre entameront dès lundi prochain des patrouilles pour s’assurer que les personnes qui prospectent disposent d’autorisations préalables.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le gouvernement mauritanien vient de définir un nouveau cadre pour la prospection aurifère individuelle vers laquelle se sont rués ces dernières semaines des centaines de jeunes mauritaniens diplômés chômeurs mais aussi d’autres personnes à la recherche du gain.

Le nouveau cadre, approuvé hier jeudi en conseil des ministres, entrera en vigueur lundi prochain.

Il fixe les conditions et les obligations en plus de sanctions applicables aux prospecteurs.

Selon le ministre du pétrole, de l’énergie et des mines, le nouveau cadre fixe au préalable la zone de prospection autorisée.

Dans un point de presse, le ministre a dit que l’objectif est de sécuriser les citoyens, dans une zone relevant de l’autorité de l’état, hors des zones de prospections octroyées par licences à des sociétés, protégées par le code minier.

Le ministre a ajouté que le gouvernement a voulu simplifier les mesures afin de permettre à tous les mauritaniens de profiter de l’opportunité.

Il suffit, selon le ministre, de payer un montant de 100.000 ouguiya au trésor public pour obtenir une autorisation de prospection valable pour quatre mois.

Les obligations

Se limiter à l’utilisation des détecteurs de minerais.

Les prospecteurs ne sont pas autorisés à utiliser les appareils industriels, ni les chargeurs ni les explosifs.

Les détecteurs de minerais à utiliser doivent avoir été dédouanés et entrés légalement en Mauritanie.

Les bénéficiaires doivent prospecter dans la zone déterminée autorisée aussi à d’autres personnes sans restriction.

Il est interdit, selon le ministre de recourir à l’utilisation des produits chimiques tels que ceux utilisés par les grandes sociétés pour isoler l’or des autres minerais.

La destination de l’or

Le nouveau cadre organisationnel oblige les prospecteurs à déclarer les quantités trouvées auprès d’une structure que l’état définira, qui se chargera de peser l’or et de l’acheter au prix mondial.

Cette structure sera la seule habilitée à acheter le produit a fin d’empêcher le trafic vers l’étranger de ressources nationales a encore ajouté le ministre.

Sanctions : prison et amendes

Le nouveau cadre qui entrera en vigueur lundi prévoit des sanctions, soit la prison ou l’amende à l’endroit de ceux qui s’adonneront illégalement à la prospection aurifère.

Les amendes prévues varient entre 500.000 UM et un million et la prison de un à trois mois en plus de la confiscation du matériel et de la quantité de l’or en possession du contrevenant.

Le ministre a enfin précisé que des équipes du ministère, des unités de la police des mines et des forces de l’ordre entameront dès lundi prochain des patrouilles pour s’assurer que les personnes qui prospectent disposent d’autorisations préalables.

 

 

 

 

 

 

 

 
















GABONEWS APAnews