Quand le patrimoine forestier est démoli par les institutions étatiques


Sahara Médias - Nouakchott
Jeudi 20 Décembre 2012



Quand le patrimoine forestier est démoli par les institutions étatiques
Il est dommage qu’au moment où l’Etat, les Organisations de la société civile, les ONG Nationales impliquées au développement et la protection de l’environnement et les populations elles-mêmes s’investissent à gros frais et concèdent des sacrifices énormes pour lutter contre les conséquences fâcheuses de la désertification et en particulier la protection du patrimoine forestier qui se dégrade à une vitesse vertigineuse, il est dommage, disions-nous, qu’une forêt soit exposée à la destruction par attribution illégale.
Il s’agit de la forêt de Silbé, dénommée également par différentes communautés El Mafoud (en hassaniya) ou Tiovel (en pulaar), qui est classée patrimoine sylvestre et écologique national et universel. Elle se situe  aux alentours de l’emplacement dit Roumdy Ely O. Yara, à 2 km  à l’est de Ould Birem, village situé au niveau de la piste en terre battue Boghé-Ould Birem.
               
Paradoxalement une portion de cette forêt, avoisinant les 70 hectares  a été attribuée à un tiers qui y a déjà entrepris des travaux de nature dévastatrice et méprisable : coupe abusive et abattage d’arbres touffus et sains par gros engins et placement de poteaux  alertés par des représentants des populations des localités limitrophes. Nous avons agi rapidement au nom de l’ONG AFE, organisation environnementale, d’utilité publique par décret n°072/2007 du 19 mars 2007, opérant dans la Wilaya du Brakna et de ce fait connue des populations locales pour y avoir exécuté des projets dans le cadre de l’eau, l’agriculture et la protection du milieu naturel.
 
La réunion qui a groupé le Ministre de l’environnement, les représentants des populations et nous-mêmes a établi par la voix du Ministre que cette attribution faite par le Ministre des finances est illégale et qu’elle constitue une entorse à la loi environnementale en raison du statut de la forêt en question, classée patrimoine sylvestre écologique nationale et de ce fait absolument protégée par la loi. Cependant que les représentants des populations ont soulevé la question avec véhémence et ont insisté sur l’abrogation d’une telle attribution. Par la suite nous nous sommes rendus chez le chef d’arrondissement de Dar El Barka et ce dernier, après avoir reçu les éclaircissements nécessaires, nous a accompagnés voir le Hakem de la Moughataa de Boghé. Puis une réunion et une visite des lieux furent tenues pour éclaircir la situation embarrassante. Environ 600 personnes, hommes, femmes et jeunes ont afflué de toutes les localités voisines pour manifester leur opposition à cette opération néfaste.
 
Actuellement le Ministre de l’Environnement a pris l’engagement de demander le dossier relatif à la forêt en question afin de redresser cette transgression de nature à porter préjudice au milieu naturel.
Nous pensons que si la situation persiste elle risque de provoquer des réactions dangereuses  contre cette initiative et ses conséquences fâcheuses puisqu’un arrêté ministériel ne peut en aucun  cas aliéner ce statut.
 
 
 
En conséquence l’Etat devrait intervenir rapidement pour résoudre ce problème épineux et  arrêter toute implantation ou attribution illégale. En somme lever définitivement le paradoxe : d’une part investir des milliards pour le reboisement et la protection du milieu et d’autre part des attributions  de terres entières et de coupes abusives d’arbres dommageables dans une zone exposée aux effets croissants de dégradation du patrimoine végétal et arbustif au profit des tiers mus par le gain et le désintérêt des choses de la vie des hommes et des préoccupations des bonnes volontés Sans cela tout ce qui sera réalisé dans le domaine ne sera que lettre morte.
 
  Source : ONG AFE                                                                  Boumouzouna
Chargé de Communication Groupe Société Civile Mauritanienne
 
                               
 
 
 
 
 
 
 














GABONEWS APAnews