Recensement des pêcheurs sénégalais en vue de leur rapatriement


Dakar- Saharamédias
Mardi 14 Février 2017



Recensement des pêcheurs sénégalais en vue de leur rapatriement
Les autorités mauritaniennes, en collaboration avec celles du Sénégal, ont entrepris le recensement des pêcheurs sénégalais en vue de leur rapatriement a Sénégal, en application d’une récente décision du parlement mauritanien interdisant aux étrangers la pêche dans les eaux territoriales du pays.

Selon le ministre sénégalais des pêches, Oumar Guèye, l’objectif visé est de permettre le recensement et l’encadrement du retour des pêcheurs sénégalais et leurs embarcations dans le pays sans problèmes.

Dans une déclaration de presse, le ministre sénégalais a dit que les pêcheurs venus de Saint Louis du Sénégal n’ont pas le droit de pêcher dans les eaux territoriales mauritaniennes, en vertu d’une nouvelle loi du pays interdisant aux étrangers la pêche dans les eaux du pays, même à bord d’embarcations mauritaniennes.

Dans sa déclaration largement reprise dans les médias sénégalais, Oumar Guèye a rappelé la loi approuvée récemment par le parlement mauritanien faisant obligation de débarquer dans les ports mauritaniens les poissons pêchés dans les eaux du pays.

Il a ajouté qu’au moment des négociations avec les autorités mauritaniennes pour le renouvellement de l’accord de pêche, des représentants des pêcheurs de Saint Louis avaient accompagné la délégation et nous les avons informés que les autorités mauritaniennes exigeaient désormais le débarquement dans leurs ports des poissons péchés, une décision qu’ils avaient rejeté, soutenant qu’elle ne servait pas leurs intérêts.

« Depuis, a ajouté la ministre, aucun accord de pêche n’a été signé. » Oumar Guèye a réaffirmé que depuis lors, les pêcheurs sénégalais n’ont plus le droit d’opérer dans les eaux mauritaniennes, désormais une entrave à la loi mauritanienne, qui donne droit aux gardes côtes du pays d’arrêter les contrevenants.

Le ministre sénégalais a cependant déploré l’incident du tir des gardes côtes mauritaniens sur des pêcheurs sénégalais, « qui auraient pu être arrêtés autrement » selon lui.

La Mauritanie avait entamé le 25 janvier dernier l’application d’une loi datant de 2012 qui donne l’exclusivité de la pêche traditionnelle aux nationaux.

Depuis lors 180 pêcheurs sénégalais ont été arrêtés à Nouakchott et Nouadhibou pour pêche illégale.














GABONEWS APAnews