Rencontre Aziz/ Ould Waghef : Nouvelles perspectives de dialogue entre le pouvoir et l’opposition ?


saharamedia
Mardi 8 Juin 2010



Rencontre Aziz/ Ould Waghef : Nouvelles perspectives de dialogue  entre le pouvoir et l’opposition ?

Le président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, a reçu le lundi 7 juin en audience Yahya Ould Ahmed Waghef, président du Pacte National pour la Démocratie et le Développement (PNDD-ADIL) et premier ministre jusqu’au coup d’Etat du 6 août 2008. Au terme de cette rencontre avec le Président de la République, le président d’ADIL a déclaré à la presse  que « l’entrevue avec le président de la République a porté essentiellement sur la question du dialogue entre les forces politiques nationales ».

L’ancien PM devait ajouter que le président,  Mohamed Ould Abdel Aziz, « est prêt et ouvert pour un dialogue avec toutes les forces politiques et m’a chargé de transmettre le message ». Le PNDD-ADIL que dirige Ould Waghef  est membre de la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD), un collectif d’une dizaine de formations, dont la présidence tournante  est actuellement assumée par Ahmed Ould Daddah, leader du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) et titulaire du statut  du chef de file institutionnel de l’opposition adoptée à la fin de transition de 2007 sous le Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD). Cette nouvelle donne d’ouverture serait une bonne avancée si elle se confirmait dans les faits alors même qu’elle intervient dans un contexte de rapports politiques très tendus entre pouvoir et opposition, d’où l’opportunité qu’elle offre de décrisper le climat à deux semaines de la tenue de la table ronde des bailleurs et partenaires au développement de la Mauritanie prévue à  Bruxelles les 22 et 23 juin prochain. La coordination de l’opposition démocratique (COD) est entrée en conclave, ce mardi, pour, probablement, examiner les enjeux de la situation. A priori tous doivent adhérer au principe du dialogue en essayant de faire table rase des dernières déclarations quelque peu incendiaires tant dans les camps de l’opposition que ceux du pouvoir. La grande question pour le conclave de la COD sera, certainement, de savoir le pourquoi du choix, par le Président de la République, de faire appel au président de ADIL plutôt que  de faire appel au président en exercice de la COD qui, de surcroît, est titulaire du statut  de chef de file institutionnel de l’opposition. Il est certain que la réponse à cette question et la perception qui s’en dégagera, aux yeux de la COD, seront déterminantes de la suite des événements.

 

 















GABONEWS APAnews