Renforcer la réconciliation de la démocratie


saharamedia
Dimanche 6 Juin 2010



Renforcer la réconciliation de la démocratie

L'éditorial de quotidien de Biladi

Il y a juste une année et quelques jours, les protagonistes de la scène politique mauritanienne signaient l’accord de Dakar qui avait mis fin à crise institutionnelle née du putsch du 6 août 2008. Il était certes important de sortir de cette crise, mais ce n’était pas tout. Qu’importe en effet celui qui avait remporté le scrutin et peu importe encore la manière avec laquelle il avait gagné la mise.

 

Tout cela n’est que détail en face de certains instruments importants qui peuvent renforcer la réconciliation nationale et la démocratie et éviter au pays les erreurs et les errements du passé. Sans cela on n’est point à l’abri d’une nouvelle secousse politique ou un nouvel accident de parcours. Il est vrai que l’accord de Dakar prévoit de poursuivre le dialogue entre les partenaires politiques en vue d’approfondir les discussions sur des thèmes tels que le renforcement des assises de la pratique pluraliste et la prévention des changements anticonstitutionnels de gouvernement.

Ce dernier point est d’une importance capitale parce qu’il est temps de définir le rôle de l’armée nationale dans notre pays comme structure de sécurité et non pas comme un moyen pour conquérir le pouvoir politique…

Il y a également la nécessité de la mise en place de réformes en vue du renforcement de l’Etat de droit, du respect des droits de l’homme, du fonctionnement et de l’équilibre des institutions de la République…

Le salut de notre pays passe par l’évocation de ces dossiers qui nous aideront certainement à concevoir un système politique adapté à nos besoins et, surtout, impersonnel et dans lequel les hommes jouent juste le rôle qui leur revient. Regardez, par exemple, l’Italie. Un pays connu pour son instabilité politique et qui est gouverné actuellement par un homme un peu farfelu et décrié de par le monde pour ses manières très legères. En dépit de cela, son pays ne court aucun risque majeur à cause de lui pour la simple raison qu’il ne peut pas agir sur la justice, ni sur l’armée, ni sur le système électoral…

La solution radicale et rationnelle de nos problèmes passe l’installation d’un système de gouvernement démocratique dans lequel chacun peut avoir son compte, prendre ses responsabilités, les assumer et jouir pleinement de ses droits.

 















GABONEWS APAnews