Semaine de sensibilisation sur les Changements Climatiques


saharamedia
Mercredi 14 Juillet 2010



A l’occasion de l’organisation de la semaine (de quatre jours), du 11 au 15 juillet 2010, par le Ministère Délégué auprès du Premier Ministre Chargé de l’Environnement Durable sur le thème Sensibilisation sur les changements climatiques,  auquel l’ONG AFE a assisté comme chaque année, il nous sied de faire un certain nombre de réflexions de nature à apporter la lumière et la vision qu’ont la plupart des ONG nationales et notamment notre ONG Agir en Faveur de l’Environnement. Des réflexions qui portent sur l’apport de notre Ministère de tutelle quand aux rapports purement administratifs ,à l’appui palpable dans la perspective d’une véritable lutte contre les effets négatifs consécutifs au réchauffement climatique et la désertification croissante et ses effets négatifs sur les   écosystèmes ,sur les hommes  et les perspectives d’avenir dans le sens de la valorisation des réalisations effectuées sur le terrain par des ONG absolument ignorées du Ministère dont elles se réclament pourtant au premier chef. La thématique est fort pertinente : perfectionnement, environnement et constitution d’un partenariat fécond …à travers une approche globale de la problématique et là nous simplifions un libellé quasi incompréhensible. D’abord le ministère auquel nous sommes par chance rattaché ne reconnaît lesdites ONG que par pures formalités puisqu’il ne répond pas à leurs correspondances, n’entretient avec elles que des rapports distants sans un réel apport pour elles. D’aide, point, d’assistance, non plus .Les invitations aux ateliers et autres semaines de formation et de sensibilisation, c’est une autre affaire, puisque l’exclusion à ce niveau est intolérable et elle est aussi utile à quelque chose A propos de l’aide, de l’assistance, on se demande quelle est la part du budget alloué aux  ONG nationales ou bien sont elles laissées pour compte au prix d’une sensibilisation sans fin ? Pourtant ces ONG éternellement redoublantes  au M.D.A.P.M.C.E.D.D. ont démontré leurs capacités à réussir des réalisations sur le terrain à travers des projets supervisés et financés par des bailleurs sérieux et dans presque tous les domaines du développement durable, de la protection de l’environnement et des plaidoyers pour asseoir la démocratie et la paix sociale. Nous précisons que cette situation catastrophique n’implique pas un ministre donné et ne l’indexe point. Cette situation malheureuse est une contagion originelle. Elle équivaut à une dénégation frustrante qui exprime en quelque sorte le rejet absolu. Les Autorités devraient restaurer l’image de marque des ONG  de développement et leur attribuer la place qu’il faut. Une fois la problématique dépassée, les autorités auraient tous les avantages à asseoir des rapports clairs qui offrent le cadre de travail adéquat  aux ONG qui épauleraient le Ministère dans une tache tout compte fait commune .Nous voulons, dans le cadre  de l’exploitation abusive du patrimoine, comme l’exploitation des carrières, faire respecter la loi environnementale et ce par le truchement des ONG nationales intervenant dans la préservation de l’environnement. Nous insistons pour révéler que ladite loi n’a pas  été appliqué. Cette application implique des garde fous afin d’en optimaliser l’effet positif.

 

 

Si ces conditions sont remplies, il en résultera une véritable transparence et la confiance aidant, les actions futures n’en seront que plus consolidées.

En tout cas réduire le rôle des ONG au suivi des séminaires et journées d’études est une initiative malheureuse, qui, plus réduit dans le futur le champ d’action du Ministère qui se privera d’ONG de plus en plus dynamiques et de plus en plus présentes au plan de la coopération avec des bailleurs qui en apprécient et accompagnent l’action de développement durable.

BOUMOUZOUNA

Source Info journal Chemsiyatt

 















GABONEWS APAnews