Sommet afro-arabe : retrait du Maroc, de l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis


Nouakchott - Saharamédias
Mardi 22 Novembre 2016



Sommet afro-arabe : retrait du Maroc, de l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis
Trois pays arabes, le Maroc, l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, se sont retirés mardi du sommet afro-arabe qui se tient à Malabo, pour protester contre la participation aux travaux de ce qu’on appelle « la république arabes sahraoui ».

Le ministre marocain de l’immigration, chef de la délégation, Anis Birou, s’est opposé à la présence de la délégation de ce qu’on appelle « la république arabe sahraouie démocratique » déclarée unilatéralement par le Polisario en 1976, et reconnu par certains pays africains, mais elle n’est membre ni des nations unies ni de la ligue arabe.

Le président de la conférence des ministres, le chef de la diplomatie koweïtienne, Cheikh Sabah Khaled Al Ahmed Sabah a déployé d’importants efforts diplomatiques pour sauver la conférence préparatoire.

Ses efforts ont été vains, toutes les parties étant restées intraitables sur leurs positions ce qui risquerait bien de faire échouer le sommet qui se tient demain mercredi.

Selon des sources diplomatiques deux courants s‘opposent à propos de cette participation de la « RASD », la ligue arabe tenant à son exclusion, alors que la commission de l’union africaine, appuyée par l’Algérie, tient à sa participation.

Cette situation, selon les mêmes sources, hypothèquent la tenue demain de ce sommet face à ces divergences, le pays hôte, la Guinée équatoriale ayant échoué à résoudre cette problématique, contrairement au Koweït qui avait accueilli le dernier sommet en 2011 et qui avait refusé la présence au sommet de la délégation de la « RASD ».

Une source diplomatique a déclaré que le retrait du Maroc, de l’Arabie Saoudite et des Emirats A    rabes Unis du sommet, a grandement affecté les travaux, d’où la décision de suspendre la conférence sans qu’un horaire pour sa reprise n’ait été annoncé.

La même source ajoute que les états africains doivent tenir incessamment une réunion pour examiner le différend avec les pays arabes, tandis que les chefs de délégations du Maroc, de l’Arabie Saoudite et le EAU vont se concerter eux afin de trouver une solution au problème afin de permettre la poursuite du sommet.
 
 
 
 














GABONEWS APAnews