Super coupe d’Espagne sans Ronaldo, mais après ?


Nouakchott - Saharamédias
Mercredi 16 Août 2017



Le second classico Réal-Barça pour le trophée de la super coupe d’Espagne se jouera ce mercredi, cette fois à Santiago Bernabeu.

Ce serait insulter Barcelone si jamais on écrivait que les dés ont été jetés, les Catalans ont la peau dure et l’on prouvé à plusieurs reprises.

La dernière fois c’était en coupe d’Europe des clubs champions devant Paris Saint Germain, 0-4 à l’aller et 6 à 1 lors du matche retour.

Bien sûr le Réal part en pole position avec cette avance de deux buts marqués sur terrain adverse, mais ce n’est pas pour autant gagné, comme l’a d’ailleurs dit Zinedine Zeidane lors de la conférence de presse d’avant match.

Il a mis en garde contre l’excès de confiance ajoutant que cette rencontre sera plus compliquée que sur la pelouse de Camp Nou.

Même s’il ne pourra pas compter sur Ronaldo, suspendu pour 5 matchs, Zidane récupère l’une de ses pièces maîtresses, Modric, suspendu lors du match aller.

Mais au-delà de la prestation des deux équipes, de la qualité de l’affiche et du résultat du match, celui de dimanche dernier n’a pas fini de faire couler l’encre.

Les observateurs sportifs ont vu à travers le trio choisi pour diriger la rencontre de Camp Nou, une volonté à peine voilée du nouveau patron du foot espagnol, l’ancien président de Barcelone, Gaspard.
Confier une telle rencontre à de jeunes arbitres de ligue, sans expérience, n’a pas été innocente.
Il est apparu, après que toutes les facettes du match aient été décortiquées, que les madrilènes ont fait les frais d’un mauvais arbitrage.

Voulu ? Oui diront certains. Non rétorqueront d’autres, les erreurs d’arbitrages sont à mettre sur le compte « de pêchés de jeunesse » des arbitres parfaitement inexpérimentés.

Toujours est-il que beaucoup craignent que l’arbitrage de la Liga cette année ne soit autrement partisan, le nouveau président par intérim de la fédération espagnole, Gaspard ne porte pas le président du Réal, Fiorentino Pérès dans son cœur, pour un coup que lui a porté ce dernier en lui arrachant Luis Figo, au meilleur de sa forme et qui faisait à l’époque les beaux jours de Barcelone.

Un transfert qui coûtera à Gaspard la présidence et la confiance des Catalans.

Une prémisse déjà avec cette large couverture de Marca mardi, généralement muette sur les erreurs d’arbitrage dans la Liga qu’elles soient en faveur ou contre le Réal.

Le journal, très proche des madrilènes, s’est posé des questions sur le comportement de l’arbitre à propos de Ronaldo, expulsé au vu d’un deuxième carton jaune, injustement octroyé, à la place d’un pénalty avéré selon  les séquences  vidéo.

Le journal souligne l’agressivité, apparue aussi à la vidéo de Suarez vis-à-vis de l’arbitre et qui ne lui a même pas valu un avertissement verbal.

Le pénalty octroyé aux barcelonais, selon le journal, est un don du ciel…
 
 
 
 
 
 














GABONEWS APAnews