Symposium de la Mouridiyah en Mauritanie


saharamedia
Dimanche 18 Avril 2010



Symposium de la Mouridiyah en Mauritanie

Nouakchott va abriter la deuxième édition du Symposium de la Mouridiyah qui aura lieu du 16 au17 juillet 2010, annonce une source proche du comité d’organisation. Une délégation conduite par Serigne Cheikhouna Mbacke et composée de Serigne Mouhamadou Lamine Mbacke, Serigne Mourtada Bousso, Cheikh Sidi Ahmed, et M. Malick Fall, avait séjourné récemment à Nouakchott et Nouadhibou, dans le cadre d’une mission de sensibilisation des disciples de la confrérie aux préparatifs de ce colloque. L’an dernier, un symposium sur le "Mouridisme au Sénégal et son impact relationnel, spirituel et littéraire avec les Chinguettis" s’était déroulé à Nouakchott. Organisé sous la houlette de Serigne Cheikhouna M’Backé, fils du khalife Elhadji Mamadou Lamine Bara M’Backé, avec la bénédiction et la permission de ce dernier, ainsi que celle de la famille de Cheikh Sidiya, la manifestation était placée sous l'égide des présidents Abdoulaye Wade et Mohamed Ould Abdel Aziz. Elle avait servi de tribune, pour les dignitaires religieux des deux pays, d’évocation des relations, multiséculaires, qui ont toujours lié les deux peuples et que l'islam a contribué à consolider. Pour cette première édition, la satisfaction était totale, selon les organisateurs. Présence de sommités, grands intellectuels musulmans et personnalités politiques. Plusieurs éminences de la communauté mouride et leurs homologues mauritaniens ont présenté des communications, sur plusieurs aspects de la relation, si particulière, qui s'est tissée, entre Cheikh Ahmadou Bamba M’Backé, fondateur du mouridisme, et la Mauritanie, en général, et la grande figure religieuse qu'était Cheikh Sidiya, en particulier. A l’issue de la rencontre, plusieurs résolutions très importantes avaient été prises. La construction, en Mauritanie, d’un complexe Cheikh Ahmadou Bamba, qui comportera une mosquée, une bibliothèque et une école coranique, a été, également, décidée. Il sera procédé à la fondation d’une zaawiya, d’une bibliothèque, et d’un «Prix Cheikhou Al-Khadim pour la culture et la littérature», à Nouakchott. Les participants avaient recommandé la mise sur pied d’une commission mixte, pour la relecture de l’histoire des relations entre les communautés des deux rives. La redynamisation de l’intégration et de la complémentarité, entre les mouvements soufis des deux pays, et l’échange de visites a été vivement souhaitée par les délégués. Tout comme la redynamisation du rôle du pays Chinguitt, dans le soutien de la langue arabe et dans l’appui à l’appel islamique, en Afrique. Fondé au début du 20ème siècle, par Cheikh Amadou Bamba, le mouvement des Mourides forme, aujourd'hui, la confrérie la plus influente du Sénégal, sinon d'Afrique de l'Ouest, et joue un rôle économique et politique de première importance. Le président Abdoulaye Wade, élu en 2000, est le premier président mouride du Sénégal. La tradition mouride (ou mouridisme) est grandement marquée par la culture africaine et, plus précisément, wolof. L'importance donnée au travail, par le mouridisme, a permis à la confrérie de bien s'implanter, économiquement, en Afrique et, également, de bénéficier d'une large représentation, dans les principales agglomérations d’Europe et des Etats-Unis. Notons, enfin, que le mouridisme est une des "tariqas" ou voie du soufisme les plus répandues, en Afrique occidentale, notamment au Sénégal, où se trouve le plus grand nombre de ses adeptes.

 















GABONEWS APAnews