Tawassoul : Le pouvoir doit s'engager dans s'ouvrir, par le dialogue, à tous les partenaires politiques


saharamedia
Lundi 16 Mai 2011



Le président du parti national pour la réforme et le développement (Tawassoul), Jamil Mansour, rangé dans le camp de l’opposition, a déclaré ce lundi que la « lutte contre la gabegie » en Mauritanie « était un slogan avant de devenir un style qui protège ».

C’est au cours d’une conférence de presse tenu ce lundi à Nouakchott que le président de Tawassoul a indiqué que le pays « se débat dans une situation sociale qui a atteint son seuil », appelant le gouvernement à réagir très vite, en réglant, notamment, la question du passif humanitaire à travers un programme qui met fin aux séquelles de l’esclavage et efface les résultats négatifs des exactions commises au début des années 90 du siècle dernier contre une frange de la communauté nationale.

Ould Mansour a ajouté que son parti est très préoccupé par la tournure prise par les derniers événements de l’Université de Nouakchott et a accusé « certains milieux politiques d’avoir alimenté les affrontements raciaux entre étudiants et menacé ainsi l’unité nationale du pays ». il a également demandé à ce que les Mauritaniens rentrant de la Libye soient soutenus par l’Etat par leur « insertion dans la vie nationale » et la réponse à donner aux revendications qu’ils ont évoquées au cours de leurs manifestations devant le Palais présidentiel.

 

Ould Mansour a aussi abordé la question du dialogue, déclarant que c’est « une nécessité d’envisager des discussions sérieuses entre les différents partenaires politiques pour sortir le pays de la crise » dans laquelle il se trouve aujourd’hui ».

Concernant le recensement administratif en cours, Ould Mansour a indiqué que les disfonctionnements constatés ne rassurent pas sur sa finalité, surtout que le pays s’apprêtent « à s’engager dans des élections municipales et législatives » qui ne doivent souffrir d’aucun manque de transparence.

Enfin, Jamil Mansour a souligné que son parti reste dans l’opposition démocratique mais qu’il compte conserver « son autonomie d’indépendance, de prise de décision et d’initiative ». 

 

 















GABONEWS APAnews