UNEM : Le transfert de la future université islamique à l’intérieur équivaut à une « mort cérébrale » de l’Institut islamique


saharamedia
Mercredi 4 Mai 2011



L’Union nationale des étudiants de Mauritanie (section de l’ISERI) considère que le transfert de la nouvelle université islamique à Aïoun équivaut à « une mort cérébrale » pour l’Institut supérieur pour les études et recherches islamiques.

A ce sujet, Abdallahi Ould Mohamed Lemine, qui s’exprimait au nom de la section de l’UNEM au niveau de l’ISERI, a demandé aux autorités concernées « à ne pas tuer l’Institut de cette manière, en transformant ce haut lieu du savoir qui a sorti des générations de savants et de cadres en une université handicapée ».

Il a indiqué, dans une déclaration à Sahara médias, en marge d’un sit-in organisé par la section de l’UNEM à l’ISERI, sur « l’intérêt de faire de cet institut une université islamique véritable soumise à des normes scientifiques internationales », ajoutant que le siège de cet établissement doit être maintenu à Nouakchott, avec « la possibilité d’ouvrir des facultés dépendant de cette université dans certaines wilayas du pays ». Ould Mohamed Lemine a déclaré que les étudiants soutiennent la décentralisation de l’enseignement mais « ne veulent pas d’une université islamique mort-née ».

 

 

 















GABONEWS APAnews