Un Malien, extradé par Nouakchott sera au plus tard mardi au Mali


saharamedia
Lundi 16 Août 2010



Un Malien, extradé par Nouakchott sera au plus tard mardi au Mali

Un Malien, condamné pour avoir enlevé trois humanitaires espagnols en Mauritanie et les avoir remis à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), sera extradé au Mali "ce soir ou demain matin" mardi, a affirmé lundi à l'AFP une source haut placée à Nouakchott. "Il sera livré à son pays ce soir ou demain matin", a affirmé cette source sans préciser s'il se trouvait déjà à la frontière entre les deux pays ou s'il était encore à Nouakchott.

"Nous avons accepté de le livrer au Mali parce que nous ne pouvons rien refuser à nos frères maliens auxquels nous lient d'excellentes relations", a expliqué cette source, précisant que l'extradition se fera suivant "les accords judiciaires liant nos deux pays depuis 1963". Il "doit purger sa peine dans les prisons maliennes et les autorités de ce pays disposeront désormais de son sort", a ajouté la même source.

Une source judiciaire mauritanienne avait indiqué dimanche à l'AFP que le Malien avait été extradé vers son pays par voie terrestre et qu'il avait été remis aux autorités maliennes. Des sources judiciaires et de sécurité maliennes avaient affirmé lundi qu'il ne se trouvait pas en territoire malien.

Omar Sid'Ahmed Ould Hamma, surnommé "Omar le Sahraoui" et âgé de 52 ans, était accusé d'avoir agi comme "mercenaire" pour le compte d'Aqmi qui l'avait payé pour enlever trois Espagnols sur la route reliant Nouakchott à Nouadhibou (nord), le 29 novembre 2009. Ils avaient ensuite été transférés au Mali. Début mars, Aqmi avait libéré Alicia Gamez, 39 ans, après trois mois de captivité. Les autres otages, deux hommes, Albert Vilalta, 35 ans, et Roque Pascual, 50 ans, sont toujours séquestrés dans le nord du Mali.

Leurs familles ont reçu une preuve de vie des deux otages, a assuré lundi l'ONG Barcelona Accio Solidaria pour laquelle ils se trouvaient en mission au moment de leur enlèvement. Des nouvelles rassurantes quelques jours après une information selon laquelle la branche radicale d'Aqmi dirigée par l'Algérien Abdelhamid Abou Zeïd, qui a revendiqué l'exécution de deux otages britannique et français, faisait pression sur un autre groupe d'Aqmi qui détient les Espagnols afin qu'il les exécute.

AFP

 















GABONEWS APAnews