Un dirigeant de l’APP accuse le pouvoir de « louvoyer » dans l’application des clauses du dialogue


saharamedia
Vendredi 20 Avril 2012



L’un des dirigeants de l’Alliance populaire progressiste (APP), Ahmed Sambe Ould Abdallahi, vient d’accuser le pouvoir mauritanien de « louvoyer » dans l’application des résultats du dialogue organisé, octobre 2011, entre la majorité et quatre partis de l’opposition.

Ould Sambe, réputé proche du président de l’APP, Messaoud Ould Boulkheir, a indiqué que les résultats issus de ce dialogue tardent à être appliqués, ajoutant que les rapports du pouvoir avec l’opposition commencent également à changer, du fait que le premier considère que le danger du « printemps arabe est maintenant écarté ».

 

Ce dirigeant de l’APP, membre de la Haute Autorité de la Presse et de l’Audiovisuel (HAPA), qui s’exprimait dans un article expédié à Sahara média, a déclaré que les médias publics sont, plus que jamais « soumis aux ordres de l’Exécutif, faisant fi de toute objectivité », ajoutant que « rien de nouveau n’est à signaler dans les nominations aux postes et la manière dont les biens de l’Etat sont gérés».

 

Ould Sambe a conclu en disant que la Mauritanie « connaîtra sa révolution, comme cela est arrivé dans nombre de pays arabes » et que Messaoud « réagira durement s’il se rend compte que Oud Abdel Aziz essaie de le tromper, comme il l’a fait, dans le passé, pour ses opposants », selon ses propos.















GABONEWS APAnews