Un groupe armé tunisien annonce son allégeance à Da’ech


Saharamedias+Agences
Dimanche 21 Septembre 2014


Un groupe armé tunisien a annoncé, hier samedi, son allégeance à Da’ech et demandé à ce que le « djihad » soit porté en dehors de l’Irak et de la Syrie, révèle le centre américain de surveillance des sites terroristes.


Un groupe armé tunisien annonce son allégeance à Da’ech
Les frères moujahidine de Okba Ibn Nafaâ (...) soutiennent fortement et font allégeance à l'Etat islamique et l'appellent à avancer en passant les frontières et en écrasant partout les trônes des tyrans", selon un communiqué traduit par SITE.
La Tunisie pourchasse depuis près de deux ans les combattants de la "Phalange Okba Ibn Nafaâ" dans les massifs montagneux à la frontière tuniso-algérienne, notamment le mont Châambi considéré comme le fief du groupe jihadiste.
Cette annonce intervient alors que le gouvernement tunisien a dit craindre des attaques pour faire dérailler les élections législatives et présidentielle prévues en octobre et novembre.
Si les autorités annoncent régulièrement des coups de filets, elles ne sont jamais parvenues à neutraliser le groupe.
Les forces tunisiennes attribuent notamment à ces jihadistes l'attaque la plus sanglante de l'histoire de son armée qui a coûté la vie à 14 soldats en juillet 2014. Ce groupe a aussi revendiqué un assaut quelques semaines plus tôt contre le domicile du ministre de l'Intérieur, tuant plusieurs policiers.
La "Phalange Okba Ibn Nafaâ" se disait jusqu'à présent membre d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
Cette allégeance intervient quelques jours après que les branches maghrébine (Aqmi) et yéménite (Aqpa) d'Al-Qaïda ont appelé les jihadistes en Irak et en Syrie à s'unir contre la coalition internationale initiée par Washington qui vise à détruire le groupe.
Le groupe EIIL a pris ses distances avec Al-Qaïda et proclamé un califat (Etat islamique) sur une partie de l'Irak et de la Syrie. Le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, est restée fidèle au chef de l'organisation Ayman Al-Zawahiri.
 














GABONEWS APAnews